Spin-of de la série Buffy Contre les Vampires, Whedon allait renouveller la performance faite avec la série mère ou bien est-ce que ça n’allait être qu’une seconde version, forcément moins réussie ? Réponse dans quelques lignes…
 

39_buffynette ANGEL

Créée par : Joss Whedon & David Greenwalt

Avec : David Boreanaz (Angel) ; Glenn Quinn (Doyle) ; Charisma Carpenter (Cordélia) ; Alexis Denisof (Wesley) ; J. August Richard (Gunn) ; Amy Acker (Fred)…

 1999/2004 (5 saisons)

19_buffynetteRésumé : Los Angeles, ville de tous les excès, des millions de personnes mais où vous vous sentez bien seuls parfois. C’est ici que l’on retrouve Angel qui vient de quitter Sunnydale et Buffy. Mais très vite, il va devoir reprendre le combat à cause de sa rencontre avec Doyle, mi-homme mi-démon dotés de visions envoyées par les Puissances Supérieures, et celle de Cordélia, venue tenter une carrière d’actrice qui se soldera finalement par secrétaire du bureau Angel Investigation qui s’occupera de divers affaires surnaturelles. Alors que Doyle se sacrifie au cours d’une mission, il transmet au dernier moment ses pouvoirs à Cordélia tandis que peu de temps après débarque un chasseur de démon féroce : Wesley, viré du Conseil des Observateurs (voir Buffy) s’est donc mis à son propre compte. Mais le pauvre est loin d’être très bon et ses services seront très utiles à Angel qui le gardera finalement. Au cours des différentes rencontres qu’il peut faire avec les forces du mal, le petit groupe s’agrandira. Ainsi, en fin de saison 1, Angel croise Gunn, un combattant des rues qu’il prendra sous son aile tandis qu’à la fin de la saison 2, il rencontrera Fred, une fille prisonnière depuis quelques années de la dimension de Lorne, le démon vert sachant sonder votre âme dès que vous émettez quelques notes (même fausses) de musique. Tout ce petit monde devra donc faire face à différentes menaces, la plus grande restant le cabinet d’avocats Wolfram & Hart qui intervient dès le premier épisode et qui ne cessera d’en vouloir après notre vampire doté d’une âme…

11_buffynetteAnalyse : Si Angel s’inscrit dans la continuité de Buffy, elle s’en démarque très vite de par son aspect bien plus sombre et une dimension un peu plus adulte. Ainsi, si Sunnydale est souvent ensoleillée, l’univers d’Angel reste dans les ténèbres, son appartement de style ancien ou les missions qu’il effectue (étant un vampire, il vaut mieux qu’il évite le contact avec le soleil, n’est-ce pas ?), tout confine à cet aspect sombre. D’ailleurs, le personnage lui-même contient une bonne part d’ombre, puisque rappelons qu’il a été maudit par des bohémiens pour tout le mal qu’il a fait à leur peuple. Ils lui ont rendu son âme pour que tous les pêchés qu’il a commis le tourmente à jamais. Et c’est ce qu’il se passe. De plus, en s’éloignant de Buffy, il perd aussi un grand amour, même si c’est lui qui s’éloigne, il le fait pour la laisser vivre sa vie, parce qu’il sait que c’est son unique solution. Du coup, Angel sourit peu.

42_SunnyHeureusement que dans tout ça, il y a Cordélia qui vient apporter son humour légendaire et ses remarques bien acides. Et puis, avouons-le tout de suite, la série prend un peu de couleurs et de légèreté au fil des saisons, vous pourrez même croiser un ou deux sourires sur le visage de David Boreanaz. En plus de cela, certains personnages comme Lorne ou Fred viennent mettre un peu de gaieté dans ce monde de noirceur. D’ailleurs, les séquences de karaoke avec Lorne valent à elles seules leur pesant de cacahuètes, surtout sachant qu’Angel est un grand ténor… Et le meilleur dans tout ça, c’est que Joss Whedon fera évoluer tout ce petit monde (et bien plus encore, du côté des méchants, parlons de Lilah qui prendra de l’importance et tant mieux, parce que ce perso est croustillant) avec un grand bonheur (entendez par là de manière réussi). Il n’y a guère que Gunn à la rigueur qui est le personnage le moins intéressant…

23_buffynetteAu niveau des histoires, c’est pareil. La série nous offre en premier lieu des histoires sombres et inquiétantes, comme cet affreux docteur Metzler qui peut se démembrer à volonté pour observer sa proie (un œil, une main… miam) ou encore l’épisode mettant en scène une race de démons purs voulant éliminer les bâtards grâce à une arme surpuissante (un épisode qui n’est pas sans rappeler certains évènements historiques s’étant réellement passés). Et si la série va garder cette ligne directrice, elle en changera la forme. La première saison est composée de loners, ayant parfois des personnages récurrent (comme l’inspectrice Kate qui plonge dans cet univers peuplés de démons, vampires et autres genres de créatures) à l’intérêt plus ou moins grand mais à la fin un arc se met en place. Un arc qui servira de base à la saison 2 qui prend un côté plus feuilletonnant avec les aventures de Darla et Drusilla qui viennent faire des siennes à Los Angeles, mais tout ceci n’est rien comparé aux saisons 3 et 4. Ces deux saisons sont maîtrisées d’une main de maître et chaque épisode apportera une case d’un puzzle qui se met en place (déjà en saison 2, Holtz est évoqué, il prendra toute son importance par la suite). Dès lors, impossible de louper un épisode et surtout, impossible de décrocher de la série.

1_SunnySi on pouvait encore douter de la qualité de celle-ci lors de la première année (le côté loner ne sied finalement pas trop à Joss Whedon, au moins sur la longueur), ici plus aucun doute. Les histoires sont prenantes, intenses et le visuel suit (il n’y a qu’à voir l’épisode Le Déluge de Feu par exemple). La cinquième saison, celle du renouveau de la série, perdra un peu de cette force, nous proposera plus de loners (avec un début de saison assez difficile d’ailleurs, il faut vraiment s’accrocher) et il faudra attendre une deuxième partie de saison bien entamée pour y retrouver un arc et une histoire rondement menée (avec à la clé l’un des plus beaux épisodes de la série qui est Un Trou dans le Monde) mais qui sera un peu court-circuitée par une fin de série qui précipite un peu les choses malheureusement.

15_buffynetteAu final, on se rend compte que la série a su à la fois se démarquer de Buffy Contre les Vampires, tout en étant une bonne continuité du Buffyverse et en invitant celui-ci dans ses épisodes (les cross-over qui jalonnent la série, surtout au début, puisque par la suite Buffy déménageant de chaîne, la WB interdit les cross-over qu’elle n’autorisera que pour le final de la série mère) et trouver ses propres rythme, mythologie et qualité. Si les deux premières saisons sont un peu hésitantes, les troisièmes et quatrièmes sont excellentes. La cinquième n’est pas forcément celle de trop, mais le nouvel univers mis en place met du temps à trouver ses marques et il semblerait que Whedon et son équipe voyez plus loin que cette cinquième et dernière saison. C’est donc une saison un peu coupée dans son élan et qui aurait promis de bonnes choses par la suite à laquelle on a affaire. A noter qu’encore une fois, Joss Whedon nous offre des épisodes « spéciaux » des plus réussis (en vrac, un avec des marionnettes, un autre avec un balet, un autre avec une sitcom à l’intérieur de la série, un autre style Tabula Rasa de Buffy…) et que la musique de la série (par Robert J. Kral) sert à merveille cette dernière et nous offre de beaux thèmes (le sacrifice de Doyle ou encore les morceaux de Pyléa). Oh bien sûr, il y a quelques défauts à l’ensemble (des personnages que l’on pourra trouver irritant, des épisodes dispensables) mais ce n’est pas tellement ce qui retient l’attention.

Article Buffy : ICI

Article fin de la série Angel : ICI