Réglé comme une horloge, le Seigneur du Temps est revenu faire un tour sur France 4 après une excellente saison 2. Pouvait-il faire aussi bien ou mieux ?

DOCTOR WHO – Saison 3

duo2007Créée par : Russel T. Davies (d'après la série de Sydney Newman)

Avec : David Tennant (le Docteur) ; Freema Agyeman (Martha Jones) ; John Barrowman (Jack Harkness)

Nombre d’épisode : 13 + 1 spécial (2007)

Cote d’amour : *****

11Résumé : Après avoir laissé Rose dans une dimension parallèle, le Docteur se retrouve avec une jeune mariée dans sa fameuse cabine téléphonique bleue. Qui est-elle ? Comment a-t-elle atterrit ici ? Encore un Noël mouvementé pour le Docteur qui se remet à peine de sa séparation. C’est ensuite qu’il fera la rencontre de Martha Jones dans de bien étranges conditions. Martha est une jeune étudiante en médecine et les Judoons viendront mettre leur grain de sel. Et voilà comment la pauvre se retrouve à faire un voyage cadeau pour son aide… Puis un autre… Et un autre… Et si le Docteur avait trouvé une nouvelle compagne de voyage ? Mais le plus surprenant est à venir. Une révélation faite par un personnage qui revient à nouveau dans un es voyages du Docteur…

Martha___TishAvis : On pourrait penser que la série s’essouffle en imagination ou qu’elle n’arrive pas à maintenir le niveau, que le nouveau personnage de Martha souffre de la comparaison avec Rose, que la construction de l’intrigue ne soit pas du niveau de la précédente saison. Que nenni ! Oubliez ça, vous pouvez d’ores et déjà vous régaler de cette troisième tournée de la cuvée 2005 du Doctor Who, parce qu’assurément, l’équipe de Russel T. Davies n’a rien perdu de son imagination fertile : ses mondes tarabiscotés, ses rencontres totalement improbables mais savoureuses. La saison prouve tout le génie scénaristique qui ressort de la série. Si ça paraît beaucoup moins évident que les nombreuses allusions plus ou moins discrètes à Torchwood lors de la saison 2, il vous faudra encore une fois attendre la fin de la saison pour voir se mettre en place tous les éléments disséminés au fil des épisodes qui construisent l’intrigue principale de la saison. On a une idée précise de cet arc assez vite (on commence tout de même à comprendre un peu les rouages de la série !) mais ça va bien au-delà de tout ce qu’on imagine. Encore une fois, les détails prendront toute leur importance au re-visionnage. Et bon sang, ce qu’on peut aimer ça ! A nouveau, c’est encore une jolie pagaille d’allusions au passé de la série qui nous est servie dans beaucoup d’épisodes. Ce qui est toujours aussi excellent. Des allusions que l’on doit beaucoup au personnage de Rose dont l’ombre plane tout au long de la saison. C’est une compagne qui aura marqué autant le Docteur (avec cette relation si spéciale qui les unissait) que le téléspectateur.

BlinkLes scénaristes de la série l’auront bien compris et ne cesseront de nous le rappeler, quitte à blesser le nouveau personnage qu’est Martha, qui offre une autre dynamique, qui n’est pas là pour remplacer Rose. C’est assez intéressant et ça montre le Docteur sous une autre facette. Martha réussit quant à elle son baptême du feu de manière positive. Le personnage a un côté attachant, peut-être parce qu’elle s’avère un peu malmenée mais honnêtement, ce nouveau duo fonctionne, on ne perd donc pas de plaisir à suivre les nouvelles aventures de nos voyageurs du temps. Bien évidemment, il y a aussi le retour de certains personnages que l’on a déjà croisé auparavant, dont un éminemment attendu qui nous offre enfin les réponses qu’on attendait ailleurs (dans Torchwood pour ne pas ne rien dire indirectement !!) et c’est plutôt du bon. Et puis, toutes ces petites choses, dessins, souvenirs, dialogues, qui rappelleront de bons souvenirs aux fans. Pendant ce temps-là, la musique de Murray Gold continue de soutenir à merveille l’action, envoûte toujours autant les oreilles et l’on n’a finalement que peu d’épisodes plus faibles (à nouveau deux ou trois mais rien de bien grave) et beaucoup de très bons épisodes. Pas le spécial Noël (toujours un peu décevant jusqu’à maintenant) mais des épisodes comme le 3x02 Peines d’Amour Gagnées ou encore le 3x10 Les Anges Pleureurs (sûrement le meilleur de la saison) sont superbes et démontrent toute la maestria des scénaristes de Doctor Who.

Utopia

Conclusion : La série confirme ici son statut (de mon unique point de vue) de digne successeur de Buffy Contre les Vampires. Une série qui émerveille à chaque fois, qui continue de faire battre la passion, qui est très bien construite, qui multiplie les allusions, qui nous offre de magnifiques moments d’émotions. Bref, si vous n’avez pas déjà succombé à la magie du Docteur, c’est une erreur qu’il vous faut réparer dès aujourd’hui… Il y a déjà trois saisons de pur bonheur à ne pas bouder… Et on espère qu’il y en aura encore pour longtemps, avec cette même constance et cette même rigueur dans la construction d’une intrigue qui continue de bluffer à chaque fois !

A lire aussi :

Doctor Who – saison 1 ; saison 2 (review)
Doctor Who – 2x04 La Cheminée du Temps (review)
Doctor Who & Torchwood (les génériques)

Torchwood – Saison 1 (review)