Dans une saison 5 plutôt lourde niveau ambiance, il y a un épisode qui détonne, annonçant le ton de la future saison 6… Et assurément, un chef d’œuvre à ne pas louper.

THE X-FILES – 5x12 Le Shérif A les Dents Longues

2_xfilesTitre VO : Bad Blood

Scénario : Vince Gilligan

Réalisé par : Clifford Bole

Avec : David Duchovny (Mulder) ; Gillian Anderson (Scully) ; Mitch Pillegi (Skinner) ; Luke Wilson (Shérif)

Cote d’amour : *****

XFILES_SEASON5_DISC3_0Résumé : Un jeune homme cours dans les bois. Apeuré, il est poursuivi par ce qui semble être un psychopathe qui le rattrape et lui enfonce un pieu dans le cœur. C’est Mulder ! Scully arrive trop tard pour arrêter son partenaire. Mulder lui montre les dents de celui qu’il a tué : des crocs de vampire. Scully les examine de plus près : un dentier plastique. Les voilà de retour aux bureaux du FBI où ils devront s’expliquer de cette bavure. Pour être sûr de ce qu’ils vont dire, Mulder demande à Scully sa version des faits précédents l’accident. Et nous voilà repartis aux sources, là où tout à commencer, quand Mulder présenta à Scully des photos de vaches vidées de leur sang, avec deux marques au cou. Mais il y a aussi le cadavre d’un homme. Ils se rendent alors dans une petite ville à une soixantaine de kilomètres de Dallas où ils sont accueillis par le shérif. Tandis que Scully se retrouve à effectuer l’autopsie, Mulder se rend au cimetière en compagnie du shérif, où il espère bien trouver des indices et voir le tueur… Ou plutôt, le vampire, selon sa théorie. Alors, le livreur de pizza, vampire ? Hallucination de notre bon cher Mulder ?

XFILES_SEASON5_DISC3_2Analyse : Comme je le disais, voici un épisode qui dénote plus ou moins dans la saison 5 de X-Files. Celle-ci est en effet plutôt située dans une ambiance lourde, très premier degré, légèrement étouffante par moment. Cette bouffée d’air pur y fait alors grand bien. Parce que contrairement à ce que pourrait laisser croire les premières images de l’épisode, c’est loin d’être un épisode sérieux auquel on va avoir affaire. Dès qu’on revient aux bureaux du FBI, on sent que le ton sera différent. Surtout quand Scully commence à narrer l’histoire de son point de vue. Si on y retrouve bien le Mulder qu’on suit habituellement, il est un brin plus déjanté côté enthousiasme. Mais notre médecin légiste ne se donne pas pour autant le beau rôle puisqu’elle paraît plutôt niaise lorsqu’apparaît le beau shérif du coin. Et ce n’est que le commencement d’une longue liste de situations plutôt burlesque. On notera surtout au passage la fameuse scène de l’autopsie, qui revient par la suite de manière rapide, puisque c’est sans doute l’une des plus hilarantes de toute l’histoire de la série… Et c’est sans doute même l’une des plus hilarantes toutes scènes d’autopsie confondues dans les séries ! C’est fort peu ragoûtant mais efficace côté humour. Scully s’y ennuie plus que jamais, encore assignée à son rôle que Mulder lui ordonne de tenir. Du côté de celui-ci, c’est pas mieux. Parce que contrairement à sa collègue aux cheveux roux, notre « martien » préféré n’est pas franchement rempli d’humilité. Ce qui a pour conséquence de nous montrer un Mulder à l’ego quelque peu surdimensionné, sachant tout sur tout sur les vampires et le folklore. Du reste, là non plus, on est pas éloigné du rôle qu’il tient habituellement (celle de l’encyclopédie vivante) mais c’est volontairement exagéré et parodique.

XFILES_SEASON5_DISC3_9Parodique, le mot est lâché. Les trois quart de l’épisode l’est effectivement. Et elle en joue fort bien. Avec son thème classique, déjà visité dans la série, elle s’en ressert pour offrir une nouvelle vision, sous forme d’humour. Pour autant, on y retrouve quand même beaucoup de choses intéressantes et sérieuses. Ainsi, on revient sur le folklore vampirique qui ne se résume pas qu’à ce qu’on connaît de Dracula. On s’en éloigne même. La série joue habilement sur ces clichés (le coup du dentier) pour mieux surprendre le téléspectateur et le faire douter. Parce que oui, l’intérêt de cet épisode c’est tout de même de se demander qui a raison. Un peu comme d’habitude, mais avec une forme différente. Mulder ou Scully ? Exercice de style réussi pour Vince Gilligan qui pousse le vice jusqu’à nous offrir des visions déformées par la perspective de chaque personnage. Quelque chose de sous-jacent mais très bien explicité ici. L’occasion de voir comment chacun voit l’autre (Mulder qui sort notamment une petite vacherie à Scully « Allez, en route, fais marcher tes petites jambes », ce qui n’est pas la première fois, il me semble). L’occasion aussi de se rendre compte que tout le monde ne voit pas tout à fait la même chose. L’exemple du shérif en est une belle preuve. Bogosse ravageur pour l’agent Scully, benêt aux dents longues pour Mulder. Mais là où le scénariste est fort, c’est qu’il offre aussi une sorte de conclusion à tout ça. Après avoir vu l’histoire sous les deux angles des deux agents, on se retrouve avec une conclusion plus typique où c’est la perspective de l’œil extérieur qui prévaut. On peut donc voir quelle est la « réalité ». Mais le tout finit bien évidemment par une pirouette, bien maîtrisée, laissant alors le téléspectateur seul juge de tout ce qu’il vient de voir. Devant démêlé le vrai du faux, l’influence de l’esprit de chacun.

XFILES_SEASON5_DISC3_4

Conclusion : Un épisode hilarant qui ne nous épargne pas les rires (voire fou-rires) avec cette vision finalement peu conventionnelle des deux héros dont les traits sont bien exacerbés sous l’œil de chaque narrateur qui se donne le beau rôle (Scully se montre courtoise dans son récit, pas forcément enthousiaste mais toujours prête à y aller de bonne grâce, tandis qu’elle est plutôt ronchon dans le récit de Mulder et nous sort quelques virulentes réparties, allant faire l’autopsie un brin énervée !). Le mythe du vampire est exploré de manière assez approfondie, ne s’arrêtant pas au classicisme habituel. Le tout est souligné par la musique de Mark Snow qui s’adapte au style de l’épisode. Avec brio. Il revisite le thème de la série avec facétie, ça fonctionne très bien. Et puis, il y a aussi cette façon d’utiliser le retour en arrière, plus original que dans d’autres séries. Parce que commencer l’épisode vers sa fin, c’est un classique pour faire monter un certain suspense, parfois de manière un peu artificielle. X-Files l’utilise quelque fois, mais n’en a jamais abusé. Alors quand en plus c’est fait de cette manière, on ne peut qu’applaudir. La façon de l’amener au travers des deux récits différents est très sympathique. D’autant plus que ça permet d’être dans la continuité du thème de la série qui oppose les deux agents et leurs théories. Ce coup-ci, on a aussi l’opposition de leur vision d’une même histoire. Puissant jusqu’au bout (tellement que la première fois qu’il est passé sur M6 je me souviens l’avoir regardé au moins quatre ou cinq fois en une semaine… Avant la diffusion des épisodes suivants ! Dire s’il m’avait plu, ça ne m’arrive jamais).

A lire aussi :
X-Files (review générale)
Faith (vidéo-montage Scully)
6x06 Les Amants Maudits (review)
Bloopers saison 6 (vidéo)
Teaser X-Files 2, le Film (vidéo) + Bannière (création graphique)