Un jour, faudrait que j’arrive à vous parler des différentes séries animées de l’Homme Chauve-Souris, en attendant, petit retour sur un film de circonstance, tirée de The Batman

THE BATMAN – Batman Contre Dracula

batmanvsdraculaScénario : Duane Capizzi

Réalisation : Michael Goguen

Avec les voix de : Adrien Antoine (Batman) ; Jacques Ciron (Alfred) ; Laura Préjean (Vicky Vale) ; Pierre Hatet (Le Joker) ; Philippe Peytieu (Le Pingouin)

Cote d’amour : ***

BATMAN_VS_DRACULA_2Résumé : Un jour comme un autre à Arkham Asylum où un prisonnier tente de faire ami-ami avec un Pingouin qui joue au loto. Ce dernier ne lui prête attention que lorsque le prisonnier lui parle de s’échapper et d’un trésor à retrouver dans le cimetière. Mais, le Joker était déjà sur le coup et s’évade en premier. Suivi de peu par le Pingouin. Une bataille s’ensuit entre les deux ex-prisonniers, que le Joker gagne avant qu’il ne soit poursuivi par Batman qui pense l’avoir tué après que l’altercation l’ait poussé au bord d’un précipice. De son côté, le Pingouin continue ses investigations au cimetière de Gotham pour trouver le trésor et tombe sur un cercueil. Pas de chance pour lui, c’est un vieux corps rabougri qu’il contient. Encore moins de chance, lorsque son sang touche le cœur desséché du cadavre, ce dernier se réveille. Le Comte Dracula renaît à la vie et compte bien se faire une armée. Les disparitions de plus en plus nombreuses et inquiétantes sont imputées à Batman après le témoignage d’un homme ayant vu une énorme chauve-souris… Batman réussira-t-il à vaincre Dracula ?

BATMAN_VS_DRACULA_5Avis : Il s’agit là du seul (à ma connaissance) long métrage animé tirée de la toute dernière série consacrée à Batman qui, passé le choc des graphismes, possède quelques atouts, même si on est très loin de Batman The Animated Series (celle des années 90). Et ce long métrage s’offre donc une guest de luxe en la personne de Dracula lui-même, qui après avoir hanté un épisode de Buffy et Sunnydale, se pose donc à Gotham City via une explication rapide. Ce côté fantastique surprend toujours un peu, parce que Batman reste l’un des comics les plus terre-à-terre parmi les super-héros (comparé à Superman et compagnie), mettant plus en avant la science que des vrais super-pouvoirs. Cela étant dit, on ne va pas bouder son plaisir non plus, avec 80 minutes, ce long épisode nous permet de disposer d’une bonne durée pour développer une histoire qui n’approfondit en rien les personnages mais qui nous offre une belle bataille entre deux légendes dans une ambiance assez sympathique. Ben oui, que voulez-vous, moi dès qu’il y a un peu d’orage, un cimetière un peu glauque, je reste assez friand. Et là, ma foi, le tout fonctionne assez bien. D’ailleurs, le générique d’introduction est très réussi… Ca aurait peut-être mérité d’être un peu plus poussé (avec des images), mais bon, sinon, c’est beau et ça plonge dans l’ambiance.

BATMAN_VS_DRACULA_7Alors, ici, on reste tout de même dans quelque chose d’assez léger malgré l’ambiance. Ne vous attendez pas à voir des litres de sang se verser, parce que c’est un Dracula finalement assez gentillet qui ne fait que transformer celui qu’il mord, et c’est un processus réversible. Oui, The Batman reste fait pour les enfants, on va pas non plus les traumatiser avec des morts en pagaille, faut pas croire. Mis à part ce bémol, et la présence du Pingouin et du Joker, les deux plus irréductibles ennemis de Batsy (qui me sortent un peu par les yeux à force, je dois bien l’avouer, surtout le Joker), Batman Contre Dracula est un bon long métrage, efficace avec son intrigue qui tient la route et quelques dialogues qui percutent assez bien… Et ça, de la part de la plupart des personnages… Notamment d’Alfred, qui a toujours le bon mot ou les attitudes qui font mouchent (je ne me lasserai jamais de ce passage où Vicky Vale vient sonner à la porte du manoir et que ça sent l’ail… Avec une pendule au balancier en forme de croix !!). Côté graphismes et animations, on retrouve plus ou moins ce qu’on connaît de la série animée habituelle. Ce n’est pas franchement plus beau (mais quand même, respect pour le cimetière que j’adore !!) mais c’est tout à fait honorable (et sans doute meilleur qu’un Batman Subzéro qui intégrait assez mal la 3D).

BATMAN_VS_DRACULA_8

Conclusion : Bonne ambiance pour ce long métrage animé de The Batman qui nous offre un cast avec quelques personnages charismatiques de l’univers Batman (Joker, Pingouin et Vicky Vale, la journaliste, vue dans le premier film de Burton par exemple) et Dracula en personne, dont le mythe n’est pas modifié ici, il garde les aptitudes qu’on connaît de lui (dont des super-pouvoirs, il craint toujours les croix, le soleil ou l’ail…). Si la série est moins sombre que son aînée (The Animated Series) et moins gothique aussi (le Gotham ressemble un peu plus à celui des récents films de Christopher Nolan), l’ambiance n’en pâtit pas trop, parce que les décors sont agréables et sûrement ce qu’il y a de plus réussis question graphismes (même si le manoir Wayne fait un peu de peine, tout comme la Batmobile toujours moche et trop carrée, mais bon sang, les plans avec les pleines lunes sont merveilleux). Bref, un long métrage à voir tout de même pour les fans de la chauve-souris ou pour ceux qui ne veulent pas regarder la nouvelle série, en sachant tout de même qu’on plonge dans une histoire plus fantastique que d’accoutumée et que ce qu’on pourrait attendre d’un Batman… Pour les fans de canines aussi (non, non, aucune pensée spéciale ici).

A lire aussi :
Scoubidou & Batman ; The Dark Knight (review)