Il y a des séries pour lesquelles il faut être patient avant d’en voir la fin… Là, je dois remercier Tite Souris et son tuyau !

BIENVENUE A WHISTLER – Saison 1

whistler_flyerRCréée par : Kelly Senecal

Avec : Jesse Moss (Quinn) ; Ingrid Kavelaars (Jen) ; Nicholas Lea (Ethan) ; David Paetaku (Beck) ; Adam Harrington (Ryan) ; Holly Dignard (Nicole) ; Amanda Crew (Carrie)

Nombre d’épisodes : 13 (2006)

Cote d’amour : **

2830Résumé : Beck MacKaye (David Paetkau) est une légende du snowboard à Whistler (Canada). Après avoir remporté la médaille d'or aux jeux olympiques de Turin, il est de retour auprès de sa famille, sa mère, Jen (Ingrid Kavelaars), son père qui est aussi son manager, Ethan (Nick Lea) et son frère Quinn (Jesse Moss), et de sa petite amie Carrie (Amanda Crew). Quelques jours après son arrivée, Beck est retrouvé mort, il semble s'être tué après une chute en snowboard. Pourtant Beck connaissait parfaitement les risques des sauts dans les pentes qu'il faisait. De plus après son enterrement, son frère découvre une lettre de menace dans les affaires de Beck. Quinn décide alors de découvrir quelles sont les causes réelles de la mort de Beck. Ce qui pourrait l'amener à découvrir bien d'autres secrets cachés à Whistler. (SériesLive

18893557Avis : Bienvenue à Whistler fait partie de ses séries qui n’ont pas résisté sur la TNT… Trois petites semaines et puis s’en va (avec une programmation, dans mon souvenir, un peu aléatoire de Nrj12 qui plus est). Nous laissant en total suspend sur le mystère de la mort de Beck. Alors oui, autant le dire tout de suite, les premiers épisodes de la série ne m’ont pas plus emballé que ça. C’était même relativement ennuyeux, donc j’ai pas piqué de crise au fait de ne pas pouvoir voir la suite, même si j’aime bien terminer les choses (surtout sachant que la première saison formait un tout). Et je ne sais pas, un miracle s’est produit pour la deuxième partie de la saison. Peut-être plus rythmée en elle-même, elle gagne assez en efficacité. Et je pense aussi que c’est assez typiquement le genre de série qui gagne au visionnage en rythme rapide (un épisode par jour environ), puisque mine de rien, si on a du mal à accrocher, autant dire que le mystère reste un élément qui vous collera devant la série. Parce que vous avez envie de savoir. Et pourtant, au final, ce n’est pas vraiment ce sur quoi se concentre la série. D’ailleurs, la seconde partie est même relativement avare en nouvelles pistes ou nouveaux indices, Quinn se consacrant plus à sa vie et cessant de s’interroger sur la mort de son frère. Ce qui nous vaut par ailleurs des épisodes assez agréables et qui nous sortent un peu de l’étouffement général (je pense à l’épisode 1x09 L'Amour Sous Toutes Ses Formes qui fait place à un jeu assez sympa). Mais les pièces du puzzle apparaîtront petit à petit dans un final qui donne toutes les clés, avec une certaine réussite. Donc, faut pas hésiter à résister au côté sans doute un peu rébarbatif des premiers épisodes, il y a amélioration par la suite.

18893558Ce qui est aussi intéressant, c’est que la série aurait pu tomber dans plusieurs pièges qu’elle évite. Tout d’abord, au niveau de son ambiance. On est loin des cartes postales ensoleillées auxquelles on pourrait penser quand on voit que la série se déroule à la montagne. Les seules moments les plus chaleureux se trouvent au feu de cheminée ou sous les lumières artificielles, aux tons orangés. Sinon, Whistler c’est gris ou bleu-gris. Un peu à l’image des habitants que l’on suit. C’est une photographie jolie mais assez risquée. Surtout que la série aurait, en plus, pu tomber dans le soap un peu vulgaire. Un écueil qu’elle évite. Non, parce que bon, alliance, trahisons, déceptions amoureuses, on a un peu le cocktail qui aurait pu tuer (et pas dans le bon sens du terme). Mais avec des personnages relativement solides (ah ces ados qui ne sont pas des boulets ! Enfin, pas toujours et pas que !), des histoires assez bien menées, la série est toujours sérieuse sans jamais perdre en crédibilité. Une gageure. On explore assez bien les conséquences de la mort de Beck chez chacun des personnages, adultes qui doivent faire face à la mort de leur enfant, ados pour qui il s’agissait du grand frère admiré (et jalousé ?) ou du petit ami… Un portrait réaliste qui s’intéresse aussi à Beck, qui apparaît tout au long de la saison. Un mort qui parle avec les vivants. Le procédé est classique (on pense à Six Pieds Sous Terre ou encore Un Tandem de Choc –dans un registre beaucoup plus drôle-) mais sert assez bien le propos et ajoute une petite touche à l’ambiance déjà étouffante de cette ville renfermant bien des secrets.

151392453_baacb4c088

Conclusion : Après la joie de découvrir Nicholas, pardon, Nick (ça doit faire plus d’jeuns pour une série pas si « pour d’jeuns » que ça) Lea (l’inoubliable Kryceck de X-Files, et bien évidemment Tom Foss de Kyle XY), des premiers épisodes assez barbants, la série se trouve et se laisse apprivoiser… Malgré une bande-son omniprésente, légèrement gavante (mais qui devrait plaire à certains). Le fil rouge concernant la mort de Beck retient l’attention, puis les histoires des personnages prennent le relais. Au final, on est récompensé par le fait d’avoir tenu. Il reste un mystère à résoudre… Quid de la saison 2 ? Que peut-elle bien raconter ? Je ne le saurais sans doute jamais (à moins d’un nouveau miracle ou de la review de Tite Souris ! :D), ça ne m’embête pas plus que ça, parce que j’ai le sentiment d’avoir eu une histoire complète, qui ne demande pas de suite. A noter que pour les amoureux de la montagne, il faudra tout de même repasser. La série se passe essentiellement en intérieur et on ne part pas sur les pistes, et y’a pas vraiment de plans de la montagne (ni de neige !!)… Tout juste a-t-on des vues d’ensemble de Whistler…