Larosière et Lampion étaient de retour pour vous jouer de mauvais tours… Enfin, surtout pour nous replonger dans des histoires policières à l’ancienne…

France LES PETITS MEURTRES D’AGATHA CHRISTIE – Episodes 1 & 2

18685905Créée par : Murielle Magellan

Avec : Antoine Duléry (Commissaire Larosière) et Marius Colucci (Emile Lampion) ; Denis Lavant (André) ; Hélène Vincent (Kristin) ; Robinson Stévenin (Jean)...

Nombre d’épisodes : 2 (2009)

Cote d’amour : Note_5

Résumé : Emile Lampion se retrouve à enquêter auprès du célèbre commissaire Larosière. Le duo doit alors élucider nombre de mystères, dont un qui s’en prend directement au cerveau du groupe, puisque c’est un défi qui lui est lancé par un certain ABC… Une autre fois, il doit résoudre un meurtre dont le meurtrier présumé qui vient de mourir, se voir finalement innocenté par un témoin qui surgit de nulle part. Lampion et Larosière arriveront-ils à découvrir qui sont les meurtriers ?

19015707Avis : C’était il y a déjà quelques années… France 2 signa un joli score avec une saga d’hiver en quatre épisode, intitulée Petits Meurtres en Famille. Une adaptation made in France du roman Le Noël d’Hercule Poirot, de la célèbre romancière britannique Agatha Christie. Une jolie réussite, malgré le côté un peu longuet dû à la durée (4x1h30 quand même). Ici, il s’agit de la même recette mais pour une collection d’adaptations, comme peuvent l’être les Hercule Poirot et Miss Marple anglais. On devrait donc en retrouver trois ou quatre par ans. Les producteurs ont tout de même précisés qu’ils n’allaient pas toucher aux plus connus (notamment Les Dix Petits Nègres –et ma foi, j’en suis bien désolé, je suis sûr que ça aurait pu être très bon-). Le principe de ces Petits Meurtres d’Agatha Christie, c’est de revisiter les romans en resituant l’action en France (dans la saga d’hiver, on savait que c’était en Bretagne, ici, il n’y a pas vraiment d’indication je crois) et en remplaçant les deux plus célèbres personnages (Poirot et Marple donc) de l’écrivain par le duo Larosière/Lampion. Je vois déjà venir les hurlements des fans qui crient au scandale pour tant de libertés… Eh bien que nenni, pas la peine de s’emporter ainsi, toute la magie de l’univers Christie se trouve bel et bien présent. Il faut dire que les deux personnages créés pour l’occasion s’intègrent tout à fait dans la galerie de portraits dressée par la reine du crime et s’avère des plus sympathiques. Larosière et ses envolées lyriques… Et de génie… Quant à Lampion, il est le parfait sous-fifre (et un peu souffre-douleur), un peu maladroit mais tout à fait attachant.

7f822144_de3a_11dd_b732_47fa8bc10385On se retrouve par ailleurs dans des décors totalement magiques qui nous transportent de facto dans une ambiance bien particulière, à l’époque où il n’y avait pas encore de portables, d’experts armés de microscopes et autre. C’est vraiment une belle reconstitution à laquelle on a le droit. C’est d’ailleurs très marrant de voir les téléphones et autres. Et si les épisodes font 1h30, c’est pas pour autant qu’on voit le temps passer. En fait, c’est le format idéal, puisqu’il y a souvent une mise en place de l’intrigue dans laquelle on fait connaissance avec les personnages, avant que le meurtre n’intervienne vraiment. Du 52 minutes, ça aurait fait un peu juste. Et ici, l’intrigue gagne aussi dans son rythme, contrairement à l’adaptation précédente. Un bon compromis pour ces machinations qui respectent tout à fait le mécanisme des romans. On retrouve d’ailleurs la scène finale où Larosière et Lampion nous dévoile qui est le meurtrier et comment il s’y est pris. Les personnages sont bien campés, tandis que la réalisation s’avère assez intéressante, notamment dans l’épisode 2 Am Stram Gram. Un épisode dans lequel on retrouve par ailleurs beaucoup de têtes connues (Robinson Stévenin, vu dans L’Ecole du Pouvoir de Canal+, Hélène Vincent vu dans la première saison de Clara Sheller...). Bref, dans tout ça, y’a rien à jeter du coup… Juste du plaisir à prendre !

ec38601e_e3d0_11dd_84fa_6bf71077d0c2

Conclusion : Ils se seront faits attendre ces petits meurtres, mais aucune déception à l’arrivée. Et il n’y a pas besoin d’avoir vu Petits Meurtres en Famille pour s’y coller, vu qu’il n’y a aucun lien, si ce n’est les deux personnages de Larosière et Lampion qui ont été créé pour l’occasion. Mais on les situe très bien, y’a aucun soucis. Et puis, de toute manière, ce n’est même pas raccord avec la fin, mais chut ! A la rigueur, ça peut servir à comprendre l’une des petites particularités de Lampion qui est homosexuel (et le pauvre… Je dois dire qu’il n’a pas de chance dans ses amours !). D’ailleurs, assez intéressant d’avoir ce genre de personnage ici. D’une part, parce qu’il n’est pas seulement (ni en premier lieu) défini par sa sexualité, d’autre part, parce qu’il s’agit d’un personnage principal. En tout cas, c’est utilisé à bon escient. Et pour les fans de barbus (je sais qu’il y en a), sachez que dans le premier épisode, il y a une scène très intéressante (et voilà, hop, comment attirer vilement le chaland ! :D). J’en redemande ! ^_^