Les toasters étaient de retour sur Nrj12 (et le sont encore, puisque la diffusion est un peu chaotique sur la chaîne, comme assez souvent). Mais petit tour d’horizon de cette deuxième salve d’épisodes.

US BATTLESTAR GALACTICA - Saison 2

0025192937521Créée par : Glen A Larson & Ronald D. Moore

Avec : Edward James Olmos (Adama) ; Mary McDonnell (Roslin) ; Katee Sackhoff (Starbuck) ; Jamie Bamber (Apollo) ; James Gallis (Gaius) ; Tricia Helfer (N°6) ; Grace Park (Boomer)

Nombre d’épisodes : 20 (2005/2006)

Cote d’amour : Note_2G

18462894_w434_h_q80Résumé : La vraie nature de Sharon a enfin été révélée au grand jour de l’équipage du Battlestar Galactica, elle était une Cylon qui n’en avait pas conscience jusqu’au moment où elle a pointé son arme sur Adama, alors dans un état critique. C’est donc le colonel Tigh qui prend le relais. Un pouvoir qui monte à la tête de sa femme et qui s’accompagnera de dérives menaçant la flotte, et même la Présidente qui pourra néanmoins compter sur le soutien d’Apollo. Quant à Starbuck, elle ramène une des déclinaisons de Sharon et Helo et fait la connaissance d’un groupe de résistance sur Caprica qu’elle jure de revenir chercher. Gaius Baltard se laisse toujours mener par le bout du nez par une N°6 toujours très encline à lui donner des ordres… Mais tout cela les conduit-ils vraiment vers quelque chose ?

18755403_w434_h_q80Avis : Bon, j’avais perdu ma crédibilité sériephilistique en n’ayant pas accroché à la première saison. Bonne nouvelle, celle-ci a une étoile de plus ! :D Je ne sais pas si c’est parce que j’ai fini par me faire à ce qu’était la série ou si c’est vraiment mieux… Mais il faut bien avouer que la saison possède un petit truc qui la sauve. Non, je ne parle pas de l’apparition de Lucy Lawless en blonde le temps de deux épisodes. Parce que de toute manière, ils lui ont collé une voix française qui ne lui allait pas du tout (et donc que c’est un crime impardonnable, d’autant plus que Denise Metmer, la comédienne qui la double habituellement sur les séries, aurait été très bien ici) et que bon, ça reste très peu sur la vingtaine d’épisodes et que son rôle n’a rien de bien extraordinaire. Non, ce qui sauve la saison, c’est qu’à mi-parcours, à peu près, la série se recentre sur un seul lieu d’action. Et je dois dire qu’arrêter de faire des allers-retours entre Caprica et le Galactica ou autre, ça fait du bien, parce que c’était un système de narration finalement assez poussif. Dès lors, je trouve que la série gagne peut-être en rythme, ou en tout cas à captiver mon attention (après, dire que c’est une généralité, je ne vais sûrement pas oser !). Bon, ok, je l’avoue… La scène d’Apollo avec une petite serviette pour couvrir juste ce qu’il faut, ça fait aussi partie des bonnes choses de la saison.

18462895_w434_h_q80Pour autant, j’ai toujours pas eu l’impression d’avancer. Si, fort heureusement, à la fin de saison on arrive à saisir certaines choses, à enfin voir une progression, des éléments qui sont reliés, je reste toujours sur cette impression qu’on nous balance plein d’éléments disparates qui ne sont pas réutilisés par la suite. Je ne suis pas un grand fan de la construction de la série en fait. J’ai du mal à voir où ils veulent vraiment en venir, ce qu’ils font (mais bon, paraît qu’ils ont un plan, alors p’têt qu’enfin arrivé à la fin de la saison 4, on l’aura compris, tout sera relié et je serais bluffé, hein, possible) et ça laisse un arrière goût amer de pas satisfaisant. De même, si les personnages arrivent un tantinet à être plus attachant (même si l’émotion vis-à-vis d’eux n’est toujours pas là… Et dieu sait si pourtant il y a eu de la matière durant cette saison), certaines intrigues sont assez bateaux (enfin, vaisseaux dans le cas présent). Alors après, c’est peut-être à cause de cette aura qu’a la série auprès de nombreux sériephiles, que mon attente est faussée, mais j’en attendais peut-être autre chose. Enfin tant pis, il arrive ce qu’il arrive aux personnages et basta. D’ailleurs, eux-mêmes semblent parfois dans cette condition, ce qui ajoute au côté un peu déconnecté qui ressort du tout. Pourtant, il y a quelques bons passages, que j’ai presque apprécié (Roslin restant celle qui a les intrigues qui m’intéressent le plus, un épisode qui se passe sur Cloud9, Sharon et N°6 sur Caprica…).

18755406

Conclusion : Toujours pas très fan de la série, mais j’ai réussi à aller au bout de cette deuxième saison où l’on a du pour et du contre… Une chose est sûre, c’est que la musique continue d’être superbe, que c’est toujours sympa de revoir Lucy Lawless ou Sebastian Spence et que plus ça va, et plus le charme de Jamie Bamber agit… Après, quant aux intrigues, quant aux personnages, ça reste une autre histoire. Quelques questions soulevées sont assez bien vues (comme en ce qui concerne la nation des êtres humains) et un final inattendu (bon, je crois que je l’avais lu, donc sans doute ai-je été moins surpris que ce que j’aurai dû…).

A lire aussi :
Battlestar Galactica - Saison 1 (reviews)