Et une de plus ! Eh oui, encore une série qui nous raconte la jeunesse d’un personnage qu’on connaît plus vieux. Cette fois-ci, c’est au tour des Anglais de rajeunir le mythe de Merlin…

UK MERLIN – Saison 1

133_147917Créée par : Johnny Caps & Julian Jones

Avec : Colin Morgan (Merlin) ; Bradley James (Arthur) ; Richard Wilson (Gaius) ; Anthony Head (Uther) ; Angel Coulby (Gwen) ; Katie McGrath (Morgane) ; Michelle Ryan (Nimueh)

Nombre d’épisodes : 13 (2008/2009)

Cote d’amour : Note_04

article_1057857_02B10EFB00000578_266_468x570Résumé : Le jeune Merlin débarque à Camelot où il prend très vite en grippe Arthur, le prince du royaume. Il va même jusqu’à le défier usant pour cela des dons innés dont il est pourvu. C’est sa mère qui l’a envoyé auprès de Gaius pour qu’il apprenne à se servir de la magie. En travaillant auprès du médecin du roi Uther qui a banni la magie du royaume il y a plusieurs années, il fera aussi la connaissance de sa pupille Morgane et de sa servante Guenièvre. Et c’est en sauvant Arthur que Merlin va se retrouver à travailler pour lui. D’autant plus qu’une étrange voix qui l’appelle lui a confié un secret : sa destinée est de veilleur sur le prince Arthur ! Voilà comment va se développer une bien étrange relation où Merlin devra tout faire pour garder secret ses pouvoirs magiques mais en même temps aider ceux qui l’aiment, parce que c’est dans sa nature profonde… Quitte à se mettre en danger. Merlin réussira-t-il à sauver Arthur ?

18997293_2Avis : Au moment de voir potentiellement les séries qui pouvaient m’intéresser l’année dernière (ICI), j’avais mis Merlin dans un petit coin, pour la présence au casting d’Anthony Stewart Head (crédité Anthony Head dans la série), le Giles de Buffy, qui campe ici un Uther quelque peu inflexible, qui poursuit sa bataille contre toute forme de magie avec un peu trop de zèle. Cela étant dit, j’avoue que je n’attendais pas forcément grand chose de la série. Je ne suis pas trop fan de légendes Arthuriennes (ce qui est peut-être une honte quand on est pas loin de la région) et les seuls trucs qui me viennent à l’esprit en parlant de Merlin, c’est le film animé de Walt Disney et Kamelott, la série française d’Alexandre Astier (que je ne regarde pas). Donc, comme pour Smallville, on est quand même sensé savoir ce qu’il va advenir du futur des personnages, ce qui est à peine mon cas, le chemin étant ce qui intéressera. Du coup, peut-être que ceux qui s’y connaissent trouveront des choses à redire sur ce qui se passe dans la série, dont les éléments sont amenés… Moi pas. Et de ce fait, en dehors de toutes ces considérations, le plaisir à suivre ces aventures revitalisées d’un jeune Merlin a été assez grand. Contre toute attente peut-être ! Pourtant, à y regarder de plus près, j’aime beaucoup la saison 5 de Buffy et notamment le passage avec des chevaliers (et toutes les batailles à l’épée qu’on retrouve dedans). Donc l’époque ne me dérange pas forcément. Encore moins quand la magie s’en mêle. Et c’est bien le propos de la série, même si celle-ci est sensée être bannie du royaume de Camelot, elle se retrouve à chaque épisode pour une raison ou une autre. C’est même le moteur de la série quand on comprend que finalement, Merlin et Arthur seront ceux qui la réhabiliteront le moment venu.

18997295_w434_h_q80Et qui dit magie, dit effets spéciaux. Et ils sont plutôt convaincants. Le seul petit problème qu’on peut y voir, c’est dans l’interaction avec les personnages de chairs, celle-ci manquant clairement de crédibilité (quand il s’agit de combat, quand il n’y a qu’un face à face, comme pour le Dragon et Merlin, y’a aucun souci). Du côté des histoires donc, c’est la magie qui prend les commandes. Créatures mythiques, résurrection, vengeance… On a un cocktail assez efficace de classiques mais qui n’ennuie jamais. Les épisodes sont bien rythmés et le fait qu’on est très vite attachés aux personnages (même Arthur qui part du mauvais pied !) permet aux petits moments d’émotion de fonctionner ou de bien nous laisser entraîner dans l’histoire et les dangers auxquels ils font face. L’alchimie est parfaite et on voit se développer petit à petit les différentes relations qui se tissent (et là, pardonnez-moi, il n’y a absolument aucun subtext dans la série en plus, mais j’avoue que la forte amitié entre Merlin et Arthur me donne de sacrées idées ! lol). C’est sans aucun doute le sel de la série à laquelle il manque en fait d’un fil rouge un peu plus imposant. Oui, parce qu’on a bien saisi l’idée la série se dirige d’un point A à un point B qu’on connaît mais les épisodes sont relativement indépendants. Peut-être qu’avec une petite trame en plus sur le long de la saison ça pourrait être encore mieux. Mais bon, pas de quoi bouder son plaisir, c’est sûr et certain. D’autant plus que la série sait très bien jouer autant sur le drame que l’humour et l’action. Un dosage parfaitement assuré.

18978962

Conclusion : Merlin est une très bonne découverte. J’avoue que je n’ai pas vu les 13 épisodes passer et que j’ai déjà hâte de retrouver la saison 2. Les Anglais ont donc encore frappé. Ils assurent ma dose de survie nécessaire pour les séries fantastiques, donc on peut les en remercier encore plus. Et puis, on peut encore noter une bande son très riche (comprendre aussi très présente, qui ne passe pas inaperçu) mais qui est un pur régal pour les oreilles. On verra défiler quelques têtes connues dans les différents épisodes, dont celui d’Eve Myles (Torchwood) ou de Michelle Ryan (Bionic Woman). Pas de gros noms à l’affiche de la série, mais des acteurs assurément convaincants (en plus, Colin Morgan dégage un certain charme, tandis que Bradley James n’est pas seulement un bogosse fade ! :P) Enfin, les fans d’Hex auront noté aussi quelques noms connus, puisqu’on doit cette série à ses créateurs et qu’il est tout de même dommage de constater qu’Anthony Stewart Head n’a pas conservé sa voix française de Buffy.