Dans la catégorie des « possibles humeurs récurrentes » (sans boucle définie), voici un petit tour d’horizon des phrases qui m’ont fait réagir (d’une manière ou d’une autre) dans la presse ces derniers temps…

C’EST PAS MOI QUI L’AIT DIT – 1ère partie

168694_SL1UUKW4JBFLCJAQ86E7IKSNKMGMYH_comediens_st_H151437_L* « Il n’est pas question une seconde que TF1 soit candidate à la reprise de Plus Belle la Vie, ce serait le degré zéro de la créativité » (Naonce Paolini – Télé Star n°1719 7 septembre 2009)
Ah bah oui, c’est sûr que TF1 est tellement habitué à faire de la vraie création, sans avoir à copier les autres, sans avoir de canevas prédéfini pour ses séries (Navarro, Julie Lescaut, Une Femme d’Honneur, que des séries très différentes) et qui ne remake surtout jamais les créations des autres (Paris Enquête Criminelle, RIS, et bientôt FBI Portés Disparus). Oui, c'est vrai, on est quand même bien au-dessus du degré zéro de création. Au moins au 0,1° de création là… Bon, en fait, c’est juste parce que Naonce Paolini est jaloux de ne pas avoir su imposer son propre « Plus belle la vie » sur sa chaîne… C’est pas beau !

945953_gf* « … cette deuxième saison [de Brothers & Sisters] s’essouffle déjà après l’enthousiasme qu’elle a suscité. Aux engueulades de style ampoulé mais accrocheur succèdent des psychodrames aux accents mélodramatiques des plus ronflants. Les situations s’enchaînent sur un disque rayé. Les appels collectifs matinaux où tout le monde s’appelle à la première heure pour raconter le dernier ragot. L’appelle de la (com)mère castratrice (Nora) soigneusement évité par chacun de ses oisillons. Les réunions familiales qui se terminent soit en crise d’hystérie collective, soit en pugilat, soit en beuverie. Et bien sûr, les grandes révélations tonitruantes qui changent l’équilibre familial et vous font envisager la vie différemment…. Tout est exagéré, répétitif, démesuré. » (Emilie Semiramoth – Générique(s) n°24 Septembre/octobre 2009)
Décidément, j’ai du mal avec les notes attribuées à la plupart des critiques de saisons (plus que des dvd eux-mêmes) dans le magazine. Pour preuve, il suffit de voir qu’à côté, la saison 3 de Weeds hérité d’un « 4 écrans » (de la part de Sylvain Gourgeons) quand ici, Brothers & Sisters n’en récolte qu’un. Ou comment inverser mon opinion. On ne me fera de toute manière jamais avaler que la surenchère de Weeds (pas franchement drôle au demeurant, à moins d’avoir soi-même fumé un pétard de Nancy avant de commencer) vaut autant (même si elle vaut peut-être mieux que l’intérêt que je lui porte). C’est ce que j’appelle pousser mémé (pas celle de Grey’s !) dans les orties. Pour en revenir à notre fratrie dont il est question dans cette critique, si on ne peut qu’être d’accord sur certains points (quelques révélations, une saison de qualité un peu plus faible, voire même le fait que la série ne s’attarde pas assez sur certains points qui auraient pu mérité meilleur traitement -la perte d’un enfant-), rappelons que ce qu’on attend aussi de la série, c’est bien ces scènes répétitives mais ô combien jouissives si bien exploitées de ces scènes d’appels collectifs et des réunions qui finissent mal en général… Sans ça, et même si elles sont exagérées, aucun doute que la série perdrait une partie de son identité et de son âme. Une saison qui ne méritait sûrement pas critique si sévère.

18963391_w434_h_q80* « Oui, c’est précisément à cause de ce genre d’absurdité que les gens regardent de plus en plus les chaînes du câble et de la TNT : les séries y sont diffusées souvent correctement, à des cases horaires adaptées et avec une certaine régularité qui facilite le suivi. J’ajoute que, comme je le dis depuis des mois, la supposée crise de la télévision américaine n’est qu’une fumisterie ! Il suffit de voir le nombre de séries de qualité qui arrivent encore cette année pour comprendre à quel point c’est idiot de dire ça. » (John Pratt – Séries TV n°44 septembre/octobre/novembre 2009)
Que les diffusions hasardeuses, tardives, à coup de trois ou quatre épisodes, détournent les téléspectateurs vers le câble et la TNT, soit… Dire que « les séries y sont diffusées souvent correctement », il faut bien souligner le terme souvent quand on parle de la TNT… Et c’est p’têt même un peu fort. Encore une fois, si les programmes fonctionnent, oui, il y a une certaine régularité (et encore), après, c'est pas forcément mieux. Et puis, sur certaines chaînes, faut vraiment essayer de suivre les bizarreries de programmations (Virgin 17 et ses diffusions qui mélangent un peu tout et n’importe quoi). Quant à l’idée d’une crise qui n’est que fumisterie… On pourra alors parler de cycle et on n’est pas dans l’une des meilleures périodes point de vue séries… Parce que si True Blood est l’une des meilleures séries de ces saisons dernières, voilà le niveau quoi… Et si après ça, on dit que c’est pas la crise… *siffle* Fort heureusement que même dans les périodes coup de mou, on a le droit à quelques pépites qui arrivent à se distinguer du lot. Mais d’ailleurs, c’est quoi les séries de qualité qui arrivent ? Ah bah oui, moi j’veux des noms, des preuves… Et puis, si elles arrivent, je doute qu’on puisse encore juger de leur qualité sur le long terme (et le long terme sur une série, c’est important… Même si on se base uniquement sur la saison, c’est encore trop tôt !)… :D Et puis quand on remake à tout va, est-ce vraiment le signe d’une très bonne santé ? J’croyais que c’était plutôt quand les chaînes osaient un peu d’originalité, mais je me trompe peut-être…

shameless* « Le même soir, Virgin 17 lance la diffusion de la quatrième saison de l'explosive et tellement attachante Shameless - dont les anti-héros mancuniens "affreux, sales et méchants" sont malheureusement toujours doublés en VF (ce qui est une hérésie, un peu comme de n'écouter que des reprises françaises des Beatles, et jamais les originaux). » (Pierre Langlais ?? – Sélection TV du site Générique(s) lundi 14 septembre 2009)
Attention, attention, si on s’embarque dans des comparaisons aussi douteuses qu’avec les chansons pour dire que la VO, c’est trooooop ce qu’il faut pour regarder une série, je vais vraiment finir par la balancer ma comparaison avec les livres (sur lesquels on ne devrait renvoyer qu’à des astérisques pour certaines aides et ne pas traduire le reste, parce que la traduction, ça dénature trop un récit et que c’est pô bien). Et puis, même si certaines VF s’éloignent de la VO, elles sont loin de juste reprendre la mélodie de la voix en collant d’autres paroles dessus… Le Naka va se fâcher tout rouge s’il lit encore ce genre d’absurdité… Et puis de toute manière, on regarde pas Shameless, donc c’est vite réglé (VO, VF, VEspagnole… On s'en bat les...)

vd1* « Why not regarder The Vampire Diaries… 01- 04- 06- 08- Parce qu’il y a des vampires » (ladyteruki – Why not regarder The Vampire Diaries 18 septembre 2009)
Bon, en même temps, on m’aurait dit de ne pas regarder parce qu’il n’y avait pas de vampire, j’aurai eu un instant d’interrogation sur le contenu et sur surtout sur le titre… :D Mais c’est une raison comme une autre… Si on est allergique aux dents pointues (quoique j’suis pas sûr d’avoir vu l’ombre d’un croc sur le premier épisode si ça peut rassurer l'intéressée... Je dis pas qu'il n'y a pas d'autres raisons d'éviter à côté, mais... :D)