Le couple de Flamands Roses revenait à la télé pour une troisième saison… Allions-nous encore y succomber ?

US BOSTON JUSTICE (Boston Legal) – Saison 3

boston_legal_s2_boxCréée par : David E. Kelley

Avec : James Spader (Alan) ; William Shatner (Denny) ; Mark Valley (Brad) ; René Auberjonois (Paul) ; Candice Bergen (Shirley) ; Julie Bowen (Denise) ; Craig Bierko (Jeffrey)... 

Nombre d’épisodes : 24 (2006/2007)

Cote d’amour : Note_04

0000036266_20061204163712Résumé : Denise a été demandé en mariage par Daniel Post, ce qu’elle accepte, mais elle va devoir d’abord le laisser filer quelque temps pour qu’on puisse lui greffer un rein de manière illégale tandis que Jerry Espenson est arrêté sur la route dans une file de covoiturage où il n’a que pour seule partenaire une poupée. Chose que connaît bien Denny Crane puisque lui-même en a une à l’effigie de Shirley Schmidt. De nouveaux avocats arrivent aussi au cabinet, il s’agit de Jeffrey Coho, qui marche sur les plates-bandes de Bradley, tandis qu'une autre fait la connaissance d’un patient un peu étrange, aux multiples personnalités, qu’elle va aider. Alors, Denny Crane arrivera-t-il à rester invaincu ?

0000036352_20061211095216Avis : A nouvelle saison, nouvelle valse du casting. Moins chaotique que la saison dernière, il n’empêche toujours qu’il y a un sacré turn-over (va et vient) à l’intérieur de la série (une impression qui dominait beaucoup moins sur les autres créations du monsieur). Mais cette fois-ci, les départs sont annoncés, tandis que les arrivées sont naturelles. Pas de kelleyrisation ! Un miracle. Et puis, contrairement à l’année précédente toujours, les nouvelles têtes sont bien utilisées. D’ailleurs, la première partie de saison (excepté le Season Premiere, à part) est vraiment excellente puisque pour la première fois de la série, on suit une affaire sur plusieurs épisodes, ce qui donne un véritable sentiment d’ampleur et permet sûrement une vison plus juste de ce que c’est vraiment. En plus de ça, il permet aux petits nouveaux d’être intégrés de suite à la série et leur donner une exposition d’envergure. Au détriment des autres personnages, il est vrai. Alan et Denny récoltant que des miettes (eux-mêmes le faisant remarquer !) d’affaires indépendantes, histoire d’avoir des histoires bouclées. Cette story-line qui met en scène un procès pour meurtre est vraiment la grande réussite de la saison, une très bonne idée. Et malheureusement pour Jeffrey, il sera moins utilisé après ça. Certes, il y a toujours cette rivalité avec Brad qui permet quelques jolies scènes (dont un combat inoubliable entre deux Buzz l’Eclair !!!), mais justement, il est devenu un double de Brad (en brun et donc plus à mon goût ! :D). Hors il faut bien reconnaître que Brad est loin d’être le personnage le plus intéressant de la série. Ce qui arrive donc à Jeffrey est tout à fait logique. L’autre petite nouvelle a plus de chance. En plus d’avoir quelques affaires à plaider, il y a aussi le personnage de Clarence/Clarisse qui lui permet d’avoir un intérêt maintenu tout au long de la saison. Un personnage qui devient récurrent puis principal, de manière assez inattendue mais tout à fait logique, s’inscrivant dans la grande galerie d’excentriques des séries David E. Kelley qui n’a pas son pareil pour ça.

0000036548_20061218145010Un autre personnage récurrent connaît une évolution fort intéressante, c’est bien évidemment celui de Jerry Espenson qui va être au cœur de plusieurs intrigues. Outre le fait qu’il s’agisse aussi d’une figure tout à fait E Kelleyienne, il va aussi mettre son grain de sel dans l’aventure d’amitié amoureuse (oui, j’aime bien ce terme pour décrire cette relation particulière) Alan/Denny. Rendant Denny jaloux ! Il va aussi forcer Alan a montrer ses côtés les plus sombres qu’on finirait par oublier parfois, tant il est pétris de nobles sentiments. Surtout quand son grand ami s’exprime à côté, on sent la différence (même si lui aussi cache bien son jeu des fois). Toujours du côté de Denny, qui ne cesse de draguer tout ce qui bouge, parfois en compétition avec Alan, il faut aussi avouer que sa relation avec Bettany est savoureusissime, un personnage qui aurait sans doute mérité sa place en tant que personnage principal, parce que s’il y a eu beaucoup de fait, il y aurait pu encore y avoir autre chose. Bref, une récurrence qui fait du bien tandis qu’un nombre incalculable de visages connus traverse à nouveau la série (dont le retour de Michael J Fox, Aisha Tyler qu’on avait vu dans Friends ou bien encore Ghost Whisperer). Et une nouvelle fois, la série tire vers le grand n’importe quoi qui fait vraiment du bien. Honnêtement, ils sont tous barjots à Boston ! Surtout au cabinet Crane, Poole & Schmidt en fait. Denny est égal à lui-même et nous sort encore de belles inventions (qui ne se souviendra pas de Shirley Schmidounette ?) tandis que du côté de Denise, on a le droit à une histoire assez sombre qu’il fallait oser (ça peut mettre un peu mal à l’aise d’ailleurs, même si c’est fait sur le ton de la comédie et que l’épisode 3x07 Le Puzzle est vraiment réussi pour ça). En fait, si l’on y regarde de plus près les affaires traitées, elles sont relativement sombres dans l’ensemble. Peut-être parce que cette saison est hantée par bon nombre d’affaires de meurtres plus que les demandes excentriques ou celles qui permettent de poser des débats de société. Bien que la série cultive toujours cette liberté de critique, puisqu’on retrouve par exemple un ancien prisonnier de Guatanomo qui veut attaquer le pays dans le 3x22 Guatanamo Plage.

Boston_Legal_boston_legal_1339278_1280_1024_2

Conclusion : Une saison 3 toujours pas parfaitement maîtrisée, mais bien plus que la saison 2, avec surtout la bonne idée de suivre une intrigue sur plusieurs épisodes et la mise en avant de personnages succulents qui se développent et dont on a l’impression de toujours finir l’histoire. La valse du casting est plutôt agréable dans l’ensemble, avec de bonnes nouvelles têtes, même si ça se fait bien évidemment au détriment de certains personnages. Brad et Denise ne servent plus à grand chose, mis à part des histoires de coucheries (mais que font-ils encore chez Crane, Poole et Schmidt ?). Même Paul Levingston arrive à plaider une affaire ! C’est dire. En tout cas, la plupart des affaires traitées étaient vraiment intéressantes et on a moins cette sensation d’essoufflement qu’il y a pu y avoir sur la saison 2. En plus de ça, on a eu le droit à deux variations du générique (une au kazou et l’autre par Jerry !). Peut-être que le retour de David E. Kelley a un peu plus de scénarii que l’année dernière n’est pas étrange au fait que la saison se tienne mieux. Reste plus qu’à voir si la saison 4 saura maintenir ce niveau.

A lire aussi :
Boston Justice - Saison 1 ; Saison 2 (review)