Et si un jour vous trouviez un cahier qui vous permet de tuer votre prochain, qu’en ferez-vous ? C’est la question que se pose Light Yagami…

Japon DEATH NOTE – Intégrale

DeathNote_Anime1_affD’après le manga : Takeshi Obata & Tsugumi Oba

Avec les voix françaises de : Alexis Tomassian (Kira/Light) ; Guillaume Lebon (L) ; Charles Pestel (Matsuda) ; Charlyne Pestel (Misa) ; Emmanuel Karsen (Ryûkk) ; Maïk Darah (Rem)...

Nombre d’épisodes : 37 (2006/2007)

Cote d’amour : Note_01

light_L_misaRésumé : Ryûkk est un Dieu de la Mort. S’ennuyant, il laisse à nouveau tomber son Death Note dans le monde des humains. C’est le jeune lycéen Light Yagami qui l’aperçoit et le récupère. Un peu dubitatif en premier lieu sur les prétendus pouvoirs du cahier qui permettrait de tuer quiconque, avec certaines règles à suivre, dont le nom serait inscrit dedans, il se rendra vite à l’évidence et choisira de rendre le monde meilleur en tuant les criminels. La police met un petit temps à se rendre compte de ce qui se passe, mais très vite, la traque de Kira (prononciation japonaise pour killer) va commencer et le jeune Light aura même le droit à un adversaire particulièrement à sa hauteur : le mystérieux L. Débute alors une sorte de compétition entre les deux hommes. Mais au final, qui sortira vainqueur de toute cette histoire ?

L_starts_the_analysisAvis : Death Note fait sûrement parti des derniers gros succès de ces dernières années, avec un FullMetal Alchemist par exemple. J’avais déjà vu les premiers épisodes en VOST il y a fort longtemps (au moment de la diffusion japonaise) et ce n’était pas désagréable. J’ai donc enfin pris le temps de voir la suite. Sauf que… Bah faut bien le dire, s’il y a des séries qui fascinent de bout en bout et qui hypnotisent, Death Note n’en fera clairement pas parti pour ma part. En fait, les premiers épisodes sont assez prometteurs, même si on se dit que tout va un peu trop vite pour pouvoir tenir sur la longueur. Et c’est bien ce qui se passe. On va dire qu’on tient peut-être une petite moitié de série (voir un tiers) avant que ça ne parte en vrille avec des phases longuettes et des retournements qui n’apportent pas le second souffle espéré. Pourtant, y’avait de l’idée dans l’air mais la série ne fait que rester à la surface de la plupart des choses, les changements semblent plutôt vains et le jeu du chat et de la souris entre L et Light perd clairement en intensité, alors que c’est en premier lieu tout ce côté stratégique qui faisait vraiment la force de la série. Parce qu’à l’instar d’un Liar Game, chaque joueur doit évaluer ses actions et les réactions de son adversaire pour gagner (et ne pas se faire arrêter ou tuer). Ce qui fait que les premiers épisodes sont assez bavards et n’hésitent pas à donner de longues explications. Ca a tendance à s’amenuiser par la suite, en même temps que l’intérêt quoi.

light_winsOn aurait alors pu croire que la réflexion sur le fait de tuer des criminels pour remettre de l’ordre sur Terre sauverait la série, mais même pas. Passé le tout à fait normal pour et contre, on n’offre pas grand chose (même quand il s’agit de prendre à partie la population qui se divise, un truc qui n’a pas beaucoup d’incidence). Les personnages sont aussi un peu à la peine, notamment parce que la plupart sont sans doute trop idiots pour voir ce qui se passe sous leurs yeux et ça finit vraiment par gonfler au bout d’un moment. Heureusement qu’on peut compter sur les Dieux de la Mort pour apporter quelques moments intéressants. On pensera notamment à Rem. On aurait pu parler de Misa, mais vu qu’on est dans un shônen, la pauvre est réduite à un rôle bien ingrat de blonde un peu pot de fleur (et jouet de Light). Comme l’autre personnage féminin vaguement principal qui apparaîtra plus tard. Reste un graphisme plutôt agréable, mais un chara  pas franchement à mon goût (mention spéciale tout de même pour Ryûkk très volontairement moche -mais tout pourri en milieu de série-, ainsi que Misa et son look de goth-lolita). Ce qui n’est pas le cas de la musique, très jolie. Parfois un peu grandiloquente, mais ça va bien avec la série qui n’hésite pas à en faire trois tonnes (et c’est vraiment trop parfois).

light_going_to_college

Conclusion : Pas très convaincu par Death Note et l’intérêt que ça a pu susciter. Dans la catégorie thriller, Monster (avec bien plus d’épisodes) s’en sortait autrement mieux. Ici, passé la quinzaine d’épisodes, on sent une histoire qui s’éternise et qui rame pour nous redonner foi en elle. Même les derniers épisodes ne sont pas si convaincants que ça. Par contre, on pourra noter un sacré casting de voix françaises plutôt très connues : Maïk Darah (la voix de Monica dans Friends notamment), Alexis Tomassian (qu’on ne présente plus, mais qui est JD dans Scrubs par exemple) ou encore Guillaume Lebon (Martin dans FBI Portés Disparus)…