Le problème quand on a beaucoup aimé une première saison, c’est qu’on appréhende la seconde avec une certaine appréhension… La famille Walker va-t-elle faire exception aux secondes saisons qui déçoivent souvent ces derniers temps ?

US BROTHERS & SISTERS – Saison 2

945953_gfCréée par : Jon Robin Baitz

Avec : Calista Flockhart (Kitty) ; Rachel Griffiths (Sarah) ; Dave Annable (Justin) ; Balthazar Getty (Tommy) ; Sally Field (Nora) ;  Matthew Rhys (Kevin) ; Patricia Wettig (Holly)

Nombre d’épisodes : 16 (2007/2008)

Cote d’amour : Note_04

110303_D_0595_ful_2Résumé : Ca fait deux mois que Justin est parti au front et le manque de nouvelles commence à se faire cruellement sentir, ce qui inquiète forcément Nora qui appréhende chaque coup de téléphone. Elle peut heureusement compter sur Rebecca qui s’est installée à la maison et qui l’aide pendant que les autres membres de la famille se débattent avec leurs propres soucis. Une distance s’est installée entre Tommy et Julia depuis que l’un de leurs enfants est mort, tandis que Kevin est sans nouvelle de Jason, le frère de Robert, qui est parti apporter son aide dans un lieu reculé. Kitty et Robert battent la campagne pour les Présidentielles tandis que Sarah nourrit peut-être un espoir de renouer avec son ex avec qui elle s’entend pas trop mal ces derniers temps. Quant à Holly, elle espère bien faire prospecter la nouvelle entreprise et retrouvera une personne de son passé. Quels secrets vont encore venir bouleverser la vie de la famille Walker ?

promo_s2_12_2Avis : Comme le préambule le soulignait, à l’attaque d’une seconde saison, il y a toujours une appréhension. Retrouverons-nous ce qui nous plaisait tant lors de la première saison ? Etait-ce juste l’effet de la nouveauté ? Les scénaristes sauront-ils évoluer sans nous décevoir ? Allons-nous aimer les directions prisent par les personnages ? Autant de questions habituelles qui se retrouvent tout de même amplifiées, peut-être encore plus quand on ne s’attendait pas forcément à aimer une série, à autant l’aimer en tout cas. Et, est-ce que la diffusion en quotidienne où l’on enchaîne les deux saisons peut jouer un rôle dans la manière dont on appréhende la série ? Peut-être, même si une saison, bonne ou mauvaise, la restera le plus souvent quelque soit la manière dont on la regarde. Et là, arriver au terme de cette seconde saison tant redoutée, on peut pousser un gros ouf de soulagement ! Parce que oui, les scénaristes ont su gérer cette seconde saison et ne pas décevoir. On retrouve les Walker comme on les a connus. Et ça, ça fait forcément du bien, parce que la série s’avère toujours aussi addictive et réussie. Mais peut-être qu’il y a un chouia plus de moments de flottements (ou c’est l’enchaînement des saisons qui me donnent cette impression ?) et quelques story-lines qui viennent ternir un tout petit peu le tableau. Remarque, on m’avait prévenu lors des commentaires de la review de la saison 1. Oui, parce qu’à un moment donné, j’avais parlé de Tommy qui était sous-exploité. Et là, les scénaristes ont du malheureusement se dire la même chose et l’ont mis en avant durant une période.

lukemacfarlaneEt c’est clairement pas la meilleure chose que la série nous ait pondu. D’une part parce que ça faisait un peu redite avec l’histoire de Sarah la saison dernière, ensuite parce que le personnage a tendance à devenir antipathique (promis, j’ai pas été influencé par le jugement des autres !). En plus, le bougre a de la chance, parce que du côté des conséquences, il s’en tire plutôt bien et on passe assez vite dessus (ce qui donne un peu une sensation de « tout ça pour ça »), mais on est content que ça revienne à la normale. Il est ainsi beaucoup mieux en retrait, demandez-moi de fermer mon clavier la prochaine fois ! :D Ensuite, la série a pris un énorme risque en fin de saison. Elle est un peu sur un fil et la saison 3 sera décisive pour avoir une opinion finale sur cette story-line importante qui change la donne. Pour le moment, il y a du pour et du contre concernant cette histoire rattachée à Rebecca donc. En elle-même, c’est assez légitime. Et puis, elle apporte son lot d’émotions et de rires (aux dépends du pauvre Justin). Néanmoins, c’est assurément un gros pari qu’ils ont fait. En espérant qu’il s’avère payant. Et puis on a les petits flottements amoureux habituels qui pourront agacer, notamment du côté de Kevin. C’est pas grand chose, mais c’est vrai qu’on a un peu le sentiment de deux pas en avant, trois en arrière alors qu’on a envie que les choses bougent. Mais ça viendra et ça valait le coup d’attendre ! (L’une des meilleures story-line de la saison, quand même ! Si, si, j’insiste… De manière quasi-objective ! :P)

110303_D_1191_ful_2Parce que malgré ces petits défauts (déjà un petit peu présents durant la première saison), oui, l’esprit Walker est encore-là ! Oui, tout l’amour qu’on porte à cette famille reste intact. La série nous sert ce qu’on attend d’elle. Les fans jubileront donc, les autres y resteront insensibles et ne changeront pas d’avis (et ceux qui ne connaissent pas encore se retrouveront dans l’une ou l’autre catégorie !). Parce que la série nous offre encore une vague de révélations en cascades ! Ah bah oui, chaque membre a ses petits secrets, la famille a ses grands secrets et le tout sera toujours déballé soit durant des fêtes publiques (les lieux les plus inconfortables pour ça donc) soit durant des réunions de familles totalement jouissives (et qu’on ne souhaite finalement à personne, mais c’est tellement bon de voir ça à la télé ! :D Parce que oui, soyons clair, paradoxalement, les Walker sont vraiment une famille à avoir à la télé, malgré tout leurs bons côtés). La série arrive encore à faire passer des émotions intenses lors de scènes qui arrivent à mettre les larmes aux yeux que ce soit pour des causes « dramatiques » (on pourra citer Justin qui lutte pendant que Nora tente de résister à son petit garçon) ou pour des causes de joies (une déclaration de Kevin) et bien évidemment de nombreux grands moments de fous rires, même (et peut-être surtout, et c’est ça qui est bon) dans des moments où c’est dur. Rien ne reste très longtemps secret dans la famille et l’on retrouve aussi les conversations téléphoniques entre les membres qui sont souvent du pur régal. Une formule inchangée donc, mais qui fonctionne toujours aussi bien. Idem du côté des amours et de l’addiction des Walker à l’alcool (franchement, je crois que c’est l’une des familles les plus alcooliques que j’ai vu du côté des séries télés… :P En dehors bien sûr des séries où on a un perso qui est alcoolique, hein… Parce que là, c’est vraiment l’ensemble de la famille qui est atteinte !!). Et côté équilibre des story-lines, c’est pas trop mal géré non plus. Certains personnages sont plus mis en avant que d’autres à certains moments (notamment Robert et Kitty qui donne l’impression de se replonger dans A la Maison Blanche !), mais la roue tourne.

pprom_006_2

Conclusion : Dès le premier épisode de la série, on est rassuré. Les Walker n’ont rien perdu de leur charme et savent toujours nous offrir les mêmes émotions. Bien évidemment, il y a par la suite quelques petits flottements (dont un ou deux épisodes un peu moyens, faut bien l’avouer) mais de manière générale, l’amour qu’on leur porte reste intact. C’est donc formidable. Et puis, il y a toujours cette galerie impressionnante de têtes connues qui continuent de faire un tour dans la série (on pourra citer entre autres Steven Weber) et Luke McFarlane y est plus beau que jamais (ah si, si, je maintiens, difficile d’y résister). Bon, sans parler du côté homosexuel toujours impeccablement traité par la série. Reste plus qu’à voir comment les derniers événements de la saison seront abordés et comment ils vont rebondir dessus (parce qu’on peut avoir une ou deux craintes, oui…). En attendant, je suis toujours aussi accro et faire une pause sera difficile (mais inévitable à un moment ou un autre malheureusement ! :( ).

A lire aussi :
Brothers & Sisters - Saison 1 (reviews)
Brothers & Sisters dans les Mains d'Edward ; C'est pas moi qui l'ait dit - 1ère partie (humeurs)
Wallpaper Brothers & Sisters ; Bannières Brothers & Sisters (créations graphiques)
Eric Winter - Ugly Truth ; Luke McFarlane (Sexy Boys)