Si le petit détective en culotte courte Conan trouve toujours un cadavre sur sa route, le Docteur, lui, se sont les ennuis… :D

UK DOCTOR WHO – Dreamland

51EBkxJCwsLScénario : Phil Ford

Réalisation : Gary Russell

Avec les voix américaines de : David Tennant (Le Docteur) ; Georgia Moffett (Cassie) ; Tim Howar (Jimmy) ; Lisa Bowerman (Saruba Velak) ; David Warner (Azlok) ; Stuart Milligan (Stark)...

Cote d’amour : Note_03

Dreamland_02Résumé : Onze après le crash de Roswell, le Docteur s’arrête en plein désert histoire de prendre un chili. Dans le petit restaurant vide du coin, il croise donc la serveuse Cassie et l’unique client Jimmy. Tout aurait été pour le mieux si des hommes en noir n’avaient pas débarqués, qu’un Viperox n’avait pas décidé de les éliminer et que finalement, les militaires ne voulaient pas leur effacer la mémoire, malgré l’aide apportée. Pour cela, ils emmènent le Docteur et ses deux acolytes dans la fameuse zone 51 où ils découvriront qu’il y a bien eu une soucoupe qui s’est écrasée et qu’un petit homme gris est gardé prisonnier. Le dernier Seigneur du Temps n’est pourtant pas prêt de se laisser faire et viendra fourrer son nez là où il n’aurait pas fallu… Mais qu’est-ce que cela peut-il bien cacher ?

Dreamland_04Avis : Voici donc le deuxième épisode animé de la série Doctor Who version années 2000. Très honnêtement, le premier essai (The Infinite Quest) s’était avéré tout à fait dispensable et n’avait pas donné d’envie particulière à voir un second opus de la sorte. Mais comme il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, on sera heureux d’apprendre que ce Dreamland vient rectifier la barre et qu’on a enfin du qualitatif ! Alors certes, du côté de l’animation, ça s’avère toujours un peu catastrophique (difficile de ne pas pouffer de rire face aux démarches des personnages, le summum étant atteint quand ils tentent de « courir », nos amis étant pratiquement aussi rigides que des playmobils !) mais pour le reste, on est en amélioration. Ne serait-ce que du côté du doublage tiens. Je n’avais guère apprécié le jeu de David Tennant qui récitait plus qu’il ne jouait, ici ça passe mieux. Idem pour la plupart des personnages. Côté graphismes, on tente un autre style, un peu plus « réaliste ». L’effet est un peu bizarre au début mais c’est quand même relativement joli dans l’ensemble. Mais surtout, surtout, ce qui nous intéresse, c’est l’histoire. Et de ce côté-là, on fait quand même un bond extraordinaire.

Dreamland_05Le premier opus fait partie des épisodes qu’il vaut mieux oublier de la série (comme toute série, Doctor Who a des ratés, que voulez-vous), mais ici, on est plutôt dans ceux qui sont très plaisants à suivre. Du fun avec un peu de sentiment qui fait mouche (contrairement au premier opus, encore une fois). Déjà, rien que le contexte de la zone 51 (aussi connue sous le nom de Dreamland -cf X-Files d’ailleurs ! :D-) est une idée séduisante et qui s’avère bien exploitée pour mettre en avant différents types d’aliens (on aurait presque pu être dans un épisode de Torchwood d’ailleurs) ainsi que les relations entre les différentes races. Si on a des personnages relativement archétypaux et une morale plutôt gentillette, le tout n’est pas trop sur le ton niais. Les dialogues s’avèrent en plus bourrés d’humour et de références… Qu’elles soient anachroniques (le Docteur qui parle de films qui sortiront plus tard, du futur des relations entre Etats-Unis et Russie et tutti quanti) ou qu’elles soient faites à la série elle-même (le Docteur qui dit avoir un problème avec les royautés ! :D Le gimmick « allons-y »…). On retrouve vraiment cette patte qu’on aime dans la série live et du coup, on se laisse entraîner sans broncher dans cette aventure totalement indépendante.

Dreamland_03

Conclusion : On dit « jamais deux sans trois ». Si lors du premier opus, j’aurai été sceptique sur le fait d’avoir encore un épisode, ici, je serais presque du genre à dire « oui ». C’est pas ce soit indispensable mais c’est pas du tout désagréable. Surtout que ça s’améliore d’épisode en épisode. Alors peut-être que si on a un troisième animé, on aura enfin le droit à une animation un peu plus décente que ça, tant le Docteur mérite quand même mieux (comme les graphismes qui ne sont pas à remettre en cause, dans les deux cas, on reconnaissait bien le visage si familier du Docteur). Bref, cette petite incartade aux Etats-Unis (d’ailleurs, si je parle ici du lieu, c’est aussi le genre d’histoire qu’on pourrait retrouver presque tel quel dans un épisode d’une série de l’Oncle Sam, on y retrouve les mêmes ingrédients) était fort sympathique…

A lire aussi :
Doctor Who – saison 1 ; saison 2 ; saison 3 ; saison 4 (review)
Doctor Who – 2x04 La Cheminée du Temps ; Téléfilm - Le Seigneur du Temps ; The Infinite Quest (review)
Doctor Who - Outtakes saison 2 (bloopers)
Doctor Who & Torchwood (les génériques)
 Doctor Who - 3x13 Scène inédite ; Doomsday live ; Music of the Spheres, épisode bonus ; 3x14 Time Crash ; Christmas Ident (vidéo)
Une Musique d'Enfer (Les plus belles BO de séries)
Wallpaper spécial noël 2009 (créations graphiques)