Suite et fin des aventures de notre trio d’amis de Bristol… Mais que vont-ils encore nous inventer ?

UK QUEER AS FOLK UK – Saison 2 (Dernière Saison)

intro_queer_as_folk_ukCréée par : Russel T. Davies

Avec : Aiden Gillen (Stuart) ; Craig Kelly (Vince) ; Charlie Hunnam (Nathan) ; Denise Black (Hazel) ; Carla Henry (Donna) ; Antony Cotton (Alexander)...)

Nombre d’épisodes : 2 (2000)

Cote d’amour : Note_03

18653642Résumé : Nathan est finalement de retour à Bristol après sa petite escapade à Londres avec sa meilleure amie tandis que Stewart et Vince doivent assister au mariage de la demi-sœur de ce dernier. Bien évidemment, aucune discrétion n’est à l’ordre du jour et Stewart tente même de draguer le marié. Mais il aura bien d’autres chats à fouetter quand l’un de ses neveux va essayer de le faire chanter par rapport à son homosexualité et au fait que ses parents ne savent toujours rien. Quant à Vince, il doit prendre la décision de se battre pour obtenir une promotion à laquelle il ne croit pas vraiment, son concurrent étant bien sous tout rapport, hétéro et marié… Nathan doit faire face aux injures homophobes que les professeurs laissent faire à son lycée et pense à son seizième anniversaire. Avec qui Stewart pourra-t-il bien finir ?

18653641Avis : Voici donc la courte deuxième saison de la version britannique de Queer as Folk. Un dernier tour de route vraiment histoire de finir l’histoire, parce que si les épisodes sont un peu plus longs que la première saison (40 minutes), ça ne fait pas tellement de rab (rappelons que les épisodes de la saison précédente faisaient 30 minutes environ). C’est donc à nouveau bien rempli, assez rapide et on se concentre avant tout sur notre trio principal dont chacun voit sa story-line menée à bien… Avec toute la décadence, la grandiloquence, l’aspect très théâtral qui caractérise finalement les personnages de cette série de Russel T. Davies. Parce que franchement, rien qu’à y regarder Stewart, on en tient encore une bonne couche sur ce qu’il peut faire. Tout le monde n’adhérera pas à ce parti-pris dans les dialogues ou situations qui sont certes vecteurs de fond (l’homophobie latente à l’école qui laisse faire, la question de l’homosexualité au travail, à nouveau le coming-out, les relations avec les parents ou encore tout simplement les aspirations sur sa vie) mais qui sont parfois vraiment too much (un problème -pour moi en tout cas- que je pense récurrent chez nos amis Anglais si je m’en réfère aussi à une série comme Skins). Sinon, comme on est tout à fait dans la même lignée que précédemment, il n’y a pas grand chose d’autre à dire. Ca manque toujours de romantisme, mais au moins, le personnage de Nathan est un chouia moins tête à claque (je dis bien un chouia, parce que des fois… :D).

18653647

Conclusion : Pour les scènes chaudes, il faudra repasser. Il n’y en a que très peu… :P Ces deux épisodes permettent surtout d’offrir une conclusion à la série, avec un final peut-être à la fois un peu attendu mais aussi sans doute décalé. En tout cas, pas vraiment le temps de s’ennuyer, y’a un bon rythme mais du coup, encore une fois, le reste des personnages est vraiment effleuré (à peine reparle-t-on de la meilleure amie de Nathan pendant que le couple de lesbiennes est quasi-absent). Bref, c’est définitif, je préfère largement la version américaine qui permet un attachement plus fort aux persos, malgré son côté plus soapesque (mais sans doute aussi moins too much dans certaines situations et j’aime ça).

A lire aussi :
Queer as Folk UK - Saison 1 (review)
Queer As Folk US - saisons 1 à 4 (review générale)

Queer As Folk US - saison 5 (review)
Queer as Folk US - 1x22 (review)
A 100 000 years (Ben & Michael ; Emmett & Drew) ; L'Amour à Mort (spécial 1x22) (vidéos-montages)
Queer As Folk US - Bloopers saison 1 (vidéo)