Etant jeune, on a pu passer à côté de certaines choses… Je crois bien que c’est le cas pour la série dont je vais parler aujourd’hui…

US MARSHALL & SIMON (Eerie, Indiana) – 1x01 La Jeunesse Eternelle (Forever Ware)

affiche_Marshall_et_Simon_Eerie_Indiana_1991_1Scénario : Karl Schaefer & José Rivera

Réalisation : Joe Dante

Avec : Omri Katz (Marshall) ; Justin Shenkarow (Simon) ; Mary Margaret Humes (Marylin) ; Francis Guinan (Edgar) ; Julie Condra (Syndi) ; Gregory Itzin (le maire)…

Cote d’amour : Note_02

EerieRésumé : Marshall Teller est un jeune garçon qui vient de déménager dans la ville d’Eerie dans l’Indiana. Il se retrouve bien désespéré face au côté très propret de cette nouvelle demeure et de ce quartier qu’il trouve quand même louche sous ses airs trop carrés. Il ne s’est fait qu’un ami, le plus jeune que lui Simon qui croit à ce qu’il dit. Betty, une voisine, vient leur rendre visite avec ses deux fils, des jumeaux, et propose à Marylin de venir à la réunion pour découvrir les produits « Toujours Frais » qui révolutionne la vie des ménagères. Elle finit par se laisser convaincre. Marshall ne sent pas trop cette dame, d’autant plus que l’un des jeunes garçons lui a donné un morceau de papier avec un petit mot le renvoyant à un livre de 1964… Le féru d’enquêtes et mystère se réveille et s’avère bien décidé à découvrir ce que cache cette étrange madame Wilson… Arrivera-t-il à dénouer les fils du mystère ?

EerieAvis : A vrai dire, je ne connaissais pas du tout Marshall & Simon. Je crois vraiment n’avoir rien lu à ce sujet, où alors ça m’est vraiment passé au-dessus. C’est donc un post de Sarah de l’Infinity qui m’a donné envie d’y jeter un coup d’œil. Après tout, l’atmosphère semblait être celle que je pouvais apprécier et comme je pouvais avoir un épisode sous la main pour me faire une opinion, il aurait été bête de ne pas tester. Ce qui est sûr, c’est que le générique ne me dit rien du tout, c’est donc quelque part rassurant sur ma mémoire. Ce qui est marrant, c’est de retrouver deux visages connus dès le départ avec la présence de Mary Margaret Humes que beaucoup connaissent pour avoir été la mère de (l’insupportable ?) Dawson, qui joue déjà le rôle d’une mère ici, mais d’un garçon beaucoup plus jeune, et celle de Justin Shenkarow, pré-High Secret City, qui fait encore plus jeune alors que la série de David E. Kelley ne date que de l’année suivant la création de Marshall & Simon (et j’ai revu le pilote d’High Secret City y’a pas longtemps, c’est quand même pas une question de souvenirs…). Ensuite, on tombe finalement assez vite dans une atmosphère que l’on connaît bien parce que souvent mise à l’antenne. Cette ville où tout est trop carré, trop poli, trop lisse pour être vrai mais qui pourrait bien cacher des choses. Parmi les références qui viennent à l’esprit, je pense inévitablement à un épisode de X-Files (l’excellent 6x15 Bienvenue en Arcadie) mais c’est un thème assez récurrent dans les séries fantastiques je crois.

EerieMais la série a le mérite d’aller droit au but concernant cette ville. Marshall est plutôt triste de déménager pour ce lieu d’apparence si paisible. La remarque sur le fait qu’il aimait bien les crimes et autres de son précédent lieu d’habitation donne le ton. Et on se rend compte très vite qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond et on se dit que les explorations de Marshall et Simon vont pouvoir nous apporter ce qu’on attend de ce genre d’histoire. Et ce premier épisode ne fait pas mentir cette attente. On se retrouve avec une folle dingue de Tupperware et une histoire de jeunesse éternelle ! :D C’est plutôt pour les jeunes, donc on est dans la veine d’un Chair de Poule, pas vraiment horrifique (et encore moins gore ! :P) mais jouant quand même un peu sur la peur. C’est un chouia rapide point de vue déroulement (on ne s’embarrasse pas trop du côté de l’investigation de Marshall et Simon) mais ça réalise son petit effet, surtout si on est dans la cible visée (non parce que maintenant, après plein de trucs du genre, on est un peu blasé quoi… :P Mais peut-être est-ce à recommander pour les petites natures face au genre… :D). On expose à peine les personnages, mais celui campé par Mary Margaret Humes est assez sympa. C’est pas ce qui semble être une mère modèle et encore moins une maîtresse de maison exemplaire (la preuve avec la scène plutôt drôle de la première visite de Betty ou cette récurrence sur la bouffe du frigo qui ne ressemble pas à grand chose). A priori, la famille Teller est un cas particulier dans cette bourgade et je suis sûr qu’ils pourraient causer quelques ennuis… :P

Eerie

Conclusion : Je suis sûr que si j’avais découvert la série plus jeune, j’aurai vraiment adoré. C’est un genre qui me botte bien et cette première histoire s’avère sympathique. Bon, cela étant dit, j’ai eu un peu de mal à accrocher à nos deux gamins héros, donc je n’ai pas non plus été super emballé… Reste que la nostalgie devrait encore fonctionner chez ceux qui ont connu parce que ça a pas si mal vieilli que ça… C’est même sorti en dvd par chez nous dites donc ! Et même si la série n’a connu qu’une saison, quelques années plus tard, il y a eu une autre version (Eerie, Indiana : The Other Dimension).