Après une saison 4 un peu décevante, il fallait pour la Tueuse se ressaisir un p’tit peu… Alors, chose faite ?

US BUFFY CONTRE LES VAMPIRES (Buffy, The Vampire Slayer) – Saison 5

5989Créée par : Joss Whedon

Avec : Sarah Michelle Gellar (Buffy) ; Alyson Hannigan (Willow) ; Nicholas Brendon (Alex) ; Michelle Trachtenberg (Dawn) ; Anthony Stewart Head (Giles) ; James Marsters (Spike)…

Nombre d’épisodes : 22 (2000/2001)

Cote d’amour : Note_05

5riley010Résumé : C’est bientôt la rentrée des classes. Le Scooby-Gang se trouve à la plage, tout va pour le mieux, mais un invité surprise va venir rencontrer la Tueuse à Sunnydale. Il s’agit rien de moins que du prince Dracula en personne. Pendant qu’Alex se démène avec sa vie, entre Anya qui se découvre une passion pour l’argent et son travail dans lequel il trouve enfin sa voie, tandis que Giles reprend sa place d’Observateur auprès de Buffy qui le lui demande. Tara ne se sent pas encore parfaitement intégrée à la bande et une mauvaise surprise l’attend le jour de son anniversaire. Tandis que Joyce, le mère de Buffy, est prise de maux de têtes suspects. Ce qui inquiète Buffy et sa sœur Dawn, qui croisent beaucoup de fous sur leur route depuis un moment. Ceci est l’œuvre de la Déesse Gloria qui est venue en ville à la recherche de la Clé. Arrivera-t-elle à la trouver et à l’utiliser ?

5willow08Avis : Bizarrement, cette 5ème saison n’est pas forcément des plus appréciée. Il faut dire que pour certains, la série a baissé en qualité après la troisième saison. Alors on a vu que c’était effectivement le cas avec la saison 4, mais tout de même… Ce serait tout simplement ignorer la meilleure saison de la série. Et je ne le dis même pas par pur goût personnel, mais juste de manière un chouia objective (mais si, mais si). Cette 5ème saison est parfaitement maîtrisée de bout en bout, se révèle très riche et au final, il n’y a pas grand chose à jeter. Alors oui, par contre c’est une saison qui demande sûrement plusieurs visionnages pour en voir la richesse. C’est une saison-puzzle qui ne délivre ses clés qu’une fois arrivé à son terme. Du coup, les épisodes peuvent peut-être paraître un peu plus ternes que d’autres fois, que ceux de la saison 3 par exemple ou que les meilleurs de la saison 4. Mais cette impression est surtout due au fait que la série est clairement feuilletonnante, qu’il n’y a plus grand chose d’indépendant dedans, même si on a des intrigues bouclées liés aux monstres de la semaine qui ne sont plus que des éléments décoratifs, la chasse aux affreuses bestioles n’étant plus du tout le moteur de la série. Et comme c’est du Whedon, la saison met un peu de temps à démarrer. Il faut attendre sept ou huit épisodes environ avant d’être vraiment pris dans ce tourbillon que l’équipe nous offre. Et pourtant, dès le premier épisode de la saison, on nous scotche ! Alors oui, l’histoire avec Dracula est loin d’être la meilleure, le parti-pris de l’humour pourra déplaire (mais ça donne un truc marrant sur la fin), mais cette toute dernière scène est tout simplement un sacré pied de nez aux fans ! Juste avec un simple mot : « Maman ! ». Mais que se passe-t-il ? Aurions-nous louper un épisode ? Joss et son équipe auraient-ils trop regardés de soap à la télé ? Qu’est-ce que c’est que cette sœur qui débarque de nulle part ?

Alex_Anya_01Voilà, c’est à peu près les réactions que ça donne. Et changer ainsi tout l’environnement familial de Buffy c’est très gonflé. Parce que c’est vraiment quelque chose qui bouleverse les relations, les réactions. Et comme on ne nous dit rien, c’est d’autant plus étrange. Pourtant, la série sait intriguer. D’une part parce que nous somme dans la confidence, qu’il y a quelque chose qui ne va pas avec ces personnages (ce qui rappelle un peu le 4x17 Superstar de la saison 4), ensuite parce que certaines scènes commencent à mettre la puce à l’oreille. Et dieu merci, on ne tergiverse pas pendant toute la saison à essayer de percer un pseudo-mystère. On a les réponses assez vite et c’est à partir de là que la saison peut décoller. En fait, le début est une véritable mise en place d’éléments qui peuvent paraître anodins mais qui ne le sont absolument pas. Et toute la saison est basée sur ce modèle. Il n’y a rien qui soit dû au hasard. Chaque épisode fait avancer l’intrigue ou les personnages qui seront confrontés à bien des épreuves. Par ailleurs, l’arrivé de Dawn permet d’aborder un thème inédit dans la série, celui de l’adoption. Parce que c’est clairement une métaphore à peine déguisée de ce genre de situation. Et c’est bien traité. Alors oui, il s’agit clairement d’une saison un peu déprimante pour le coup. Une certaine légèreté a fichu le camp, bien que les bons dialogues et les bons mots sont toujours présents, qu’on a aussi le droit à des épisodes plus centrés sur l’humour (que ce soit le 5x11 Triangle ou le 5x15 Chagrin d’Amour) mais il faut reconnaître que l’émotion est à son comble. On a de superbes scènes (comme le final du 5x10 Par Amour) et un épisode qui marquera les esprits pour son côté ultra réaliste et totalement bouleversant. Ce n’est pourtant pas une saison de démonstration et d’exercices de style mais cet épisode en particulier… Y’a pas de mot. Tout y est juste. Et il faut avoir un cœur de pierre pour ne pas verser sa larme.

siqlgaghOn a par ailleurs vu avec la saison 4 qu’une bonne ou mauvaise saison pouvait être fonction de son Big Bad. Et là, pour le coup, y’a pas photo, Gloria (Glory en VO) a mille fois plus de charisme qu’un Adam ! Et ça change tout ! C’est la seule Big Bad de la série, c’est assez marrant à constater (pour garder un message Girl Power positif, malgré des méchantes quelques grades en-dessous ?). Et son perso, tout droit sorti d’un soap est délicieusement frappadingue, délicieusement fort et recèle bien des surprises qu’on découvrira au fur et à mesure. Là encore, il faut saluer les scénaristes qui ont su distiller avec parcimonie mais avec un bon rythme les infos à son sujet. Cette 5ème saison est aussi l’occasion de s’attarder un peu plus sur la mythologie de la Tueuse, comme l’avait d’ailleurs clairement annoncé le final de la saison 4 qui prend tout son sens ici (« become before dawn » / « reviens avant l’aurore » ; Dracula qui reprend la phrase de Tara « tu crois savoir qui tu es, d’où tu viens »). Buffy cherche à savoir quelles sont les origines de son pouvoir, comment sont mortes les autres. Un voyage plutôt intéressant à faire qui ne fait que confirmer que tout a été prévu sur la longueur (je sais, je me répète, mais plus je vois cette saison et plus je suis admiratif du travail accompli !). En plus de ça, le dernier épisode est aussi le 100ème de la série. Pas évident de tout faire coïncider. La pression redescend un peu dans sa première moitié, mais avec quelques clins d’œil sympathiques (comme le fait de revenir à la mission première de la Tueuse ou le résumé qui reprend tout depuis le début, le retour de Christophe Beck à la musique qui avait quitté ce poste à la fin de la saison dernière), pour un final en apothéose qui apporte donc les dernières pièces du puzzle. Tout s’emboîte parfaitement. La fin de saison est assez saisissante (et aurait dû voir Sunnydale détruite, mais vu qu’il y a eu une suite…).

505_2

Conclusion : Sans aucun doute la meilleure saison de la série. Parce que non seulement il s’agit d’une saison bien construite sur son ensemble (d’ailleurs, c’est presque l’idéal), avec les éléments qui prennent leur sens au fur et à mesure et sans que rien ne soit dû au hasard, mais en plus elle est la conclusion des années précédentes, puisque Joss Whedon avait disséminé quelques indices dessus auparavant. Il y a beaucoup d’émotion et d’humour. Les personnages entrent dans leur phase adulte. Et c’est sans doute Alex qui gagne le grand jeu de la saison puisqu’il a bénéficié d’un bon traitement, surtout par rapport à l’année précédente. Son personnage a vraiment très bien évolué et possède de très jolis moments. Il est clairement le « cœur » du Scooby-gang. Le rôle de Spike évolue aussi pour subir un revirement inattendu, qui donne envie de le plaindre un p’tit peu quelque part. Du côté des cross-over avec Angel, il n’y en a qu’un, mais avec un concept intéressant. Enfin, un dernier petit mot mais sur la version française pour une fois. Certes, celle de la série n’a pas toujours été au top (avec adaptation maladroite, sans rapport, zappant certaines références), mais ici, c’est plutôt bon. Les différences sont nettement plus estompées qu’auparavant et certains dialogues sont au moins aussi, si ce n'est plus, efficaces en VF (et là, j’ai envie de citer ceux de Willow dans le 5x19 Magie Noire, qui me font toujours autant triper…). Bref, après tout ça, la saison 6 va avoir du mal à garder la barre aussi haute…

A lire aussi :
Buffy - Saison 1 ; Saison 2 ; Saison 3 ; Saison 4 (reviews)
Buffy ; Buffy Tueuse de Vampire le film (reviews)
Le Best of (sélection des meilleurs épisodes par saison)
2x19 La Soirée de Sadie Hawkins ; 6x07 Que le Spectacle Commence ; 4x10 Un Silence de Mort (reviews)
Unaired Pilot  ; The Animated Series BA ;
 Interview Claire Guyot (vidéos)
OST volume 1 ; OST volume 2 ; Une Musique d'Enfer (la bande originale)
Passion ; Les tueuses ; Derniers Baisers ; Rédemption ; Noirs Désirs (vidéos-montages)
The Long Way Home (review 1er chapitre du comic)

Wallpaper Amber Benson/Tara ; Sarah Michelle Gellar (créations graphiques)
David Boreanaz ; Adam Kaufman (Sexy Boys)
 Claire Guyot ; Les Voix Cachées des Stars (doublage)
Une VF Homophobe ? (Humeurs)
Tout Buffy grâce au tag BUFFY