Deux petits mots et plusieurs évocations dans la tête des gens. Si chez les sportophiles ça laissera un mauvais souvenir lors d’une certaine année 2010, chez les sériephiles, ce sera forcément le contraire… Ou presque… (attention, contient des spoilers sur la saison)

France  LES BLEUS, PREMIERS PAS DANS LA POLICE – Saison 4 (Dernière Saison)

51z4JjvAsALCréée par : Thomas Anargyros

Avec : Lizzie Brocheré (Ilina) ; Raphaël Lenglet (Alex) ; Nicolas Gob (Kévin) ; Gina Djemba (Amy) ; Antoine Hamel (Christophe) ; Clémentine Célarié (Mercier) ; Jean-Michel Fête (Duval)...

Nombre d’épisodes : 8 (2010)

Cote d’amour : Note_04

442527_lizzie_brochere_bientot_en_tournage_637x0_3Résumé : Yann et Kévin se sont « mariés » mais il est déjà l’heure de reprendre le boulot, chose pas évidente pour tout le monde, notamment pour Laura qui doit se voir imposer les roucoulements de son ex Alex avec la petite nouvelle Amy tandis qu’elle se fait mettre à la rue par la mère de Christophe qui supporte de moins en moins cette dernière. Franchard tente, lui, de réintégrer coûte que coûte son poste, quitte à abuser de la confiance de Mercier. Rien n’est jamais acquis et Kévin fera la rencontre d’un jeune homme très attirant lors d’une enquête tandis qu’une nouvelle recrue qui n’a pas la langue dans sa poche fera son entrée au sein du commissariat… Quelle voie choisira finalement Kévin ?

19082619_w434_h_q80Avis : Et voilà, c’est fait. M6 vient de diffuser la toute dernière saison de sa série Les Bleus, Premiers Pas dans la Police. Et c’est franchement regrettable. Non seulement parce que du coup, la série ne connaît pas de véritable fin (bien qu’elle ne nous laisse pas sur un cliffhanger) mais surtout parce qu’il s’agissait là d’une excellente fiction française, ayant un style propre, ne cherchant même pas à s’imprégner des codes américains (ce qui n’est pas forcément une tare, nous sommes bien d’accord), et parce que cette quatrième fournée s’avérait aussi délicieuse que la précédente et que la première. Il y avait sûrement encore à faire avec ces bleus, plus si bleus que ça pour la plupart, mais toujours avec une petite pointe de chair fraîche, puisqu'une nouvelle recrue faisait quand même son apparition, histoire de venir remplacer le personnage d’Elodie Yung qui quittait la série en début de saison. Cette partie là fut d’ailleurs diffusée à la suite de la saison 3, il y a quelques mois sur la chaîne. Le découpage n’était pas idiot de ce point de vue là, mais c’était aussi oublier le reste des intrigues qui commençaient pour le reste de la saison. M’enfin bon, le principal, c’est quand même d’avoir pu avoir le droit au restant de cette saison malgré les scores faiblards de la série, pas aidée à être diffusée dans la case horaire du samedi soir (case sinistrée s’il en est… Et là, avec une reprise face à un match des autres bleus, forcément… ça allait pas aider à l’amélioration des scores). C’est en deux petites soirées que la chaîne aura expédié nos amis par la petite porte. Et une fois arrivé au bout, on se dit que c’est donc du gâchis. Quatre saisons, c’est plutôt honorable (surtout pour une série sur M6 à vrai dire, j’ai pas le souvenir de production vraiment suivie comme cela sur la chaîne), mais avec une vraie conclusion, ça aurait été mieux (mais je radote à vrai dire). Si pour cette saison, on n’a pas le droit à une intrigue policière courant sur le long terme comme on a pu le voir auparavant, il y a pourtant un fil rouge qui se révèle au fur et à mesure. Et ce fil rouge provient du personnage de Kévin.

19440743_2A ce moment-là, j’aurai dû dire pour mon plus grand bonheur… Sauf que ce n’est pas vraiment le cas. Je l’avais déjà senti d’un mauvais œil durant les premiers épisodes diffusés. Et ça n’a fait que se confirmer au fil des épisodes… Je crois que je n’ai jamais autant pesté devant mon écran quant à l’avenir d’un couple et quant aux bêtises de l’un… Il faut dire que Yann/Kévin me tenait à cœur et que j’aimais le développement qui en avait été fait jusqu’à présent. Mais à peine le mariage entamé que tout foutait le camp. Pas de stabilité… Je pourrais jouer la carte du mec offusqué par le fait que voilà, on un couple gay qui ne peut s’empêcher de se montrer infidèle, mais à vrai dire, il en va de même pour tous les personnages de la série. Pas un couple ne résiste au temps. C’est un peu dommage d’avoir pourtant fait tout ce chemin depuis la saison 1 pour en arriver là et en même temps, on comprend au fur et à mesure aussi de quoi il en retourne, notamment dans l’avant dernier épisode et surtout dans le dernier épisode, quand on en vient à voir où tout cela mène le personnage de Kévin. Et tout d’un coup, la saison qui avait toujours su se montrer plutôt légère parvient à faire dans le vraiment dramatique et l’émotion, de manière convaincante mais surtout en étant bien amené. Tout cela ne tombe malheureusement pas de nulle part. Un départ, parce que c’est bien de ça dont il s’agit, finement orchestré. Et c’est donc de ce personnage que vient le sentiment de conclusion quelque part. Les autres, ils auraient pu vivre encore plein de choses. Surtout que le roulement de casting, risqué, s’est parfaitement déroulé jusqu’ici. Donc même si Kévin aurait manqué à une suite, il n’aurait pas signé son glas a priori. Nan, parce que mine de rien, Christophe avait su apporter un sacré vent de fraîcheur durant la saison 3 et on peut dire qu’il s’en sort encore admirablement bien durant cette saison 4 avec des scènes totalement cultes (on pourrait par exemple parler de « l’épisode du t-shirt »). Une bonne partie de l’humour repose sur ce perso décalé, tendre et mignon (si, si, il est quand même plutôt pas mal le Antoine Hamel, on en profite à quelques reprises ! :D).

19440725_2Et la petite dernière qu’est Ilina ne vient pas du tout contredire cette théorie. Dès les premières minutes, cette fille grande gueule est juste un petit bijou à découvrir. On a à peine le temps d’explorer un peu son background avec son père qui est derrière les barreaux (mais l’effet miroir des histoires dans l’épisode est tout à fait bien utilisé), mais on ne peut que s’y attacher. Son franc-parler fait partie intégrante de sa personnalité, tout comme le fait d’être à l’aise avec le sexe (mais pas trop avec les araignées ! :D). Et que dire des autres personnages ? Hormis peut-être Amy, la plus calme et la plus posée (quoique nous gratifiant d’une version très féline de son perso à un moment donné !), le reste nous offre que du bonheur… D’autant plus que la série alterne encore avec beaucoup de brio des histoires un peu plus sérieuses, et d’autres plus loufoques (nos bleus n’étant en plus jamais à une bêtise près, comme le chanterait bien un certain Renan, le retour de Lyes en tant que commissaire stagiaire vaut aussi son pesant de cacahuètes), avec un bon rythme et des dialogues toujours aux petits oignons et de nombreuses références pop-cultures, qu’elles soient bien de chez nous ou d’ailleurs (Deux Flics à Miami -avec un jeu de mot pourri d’Alex comme je les aime parfois-, Heckle & Jeckle). Et puis, on peut apprécier aussi le fait que l’on rebondisse sur certains éléments vus dans des épisodes, qui pourraient être anecdotiques mais qui servent à développer les personnages et à les amener à un certain point (Christophe et sa relation avec sa mère par exemple). Comment, dès lors, ne pas être déçu de l’arrêt de la série ? Un petit bijou qu’il sera bon de voir et revoir, à n’en pas douter…

017E00D703572660_c1_photo_lesbleus

Conclusion : La série se termine par une excellente saison donnant bien des regrets quant au fait que la chaîne ne l’ait pas un peu plus soutenue que ça… Il n’y a rien à bouder chez nos Bleus. Du générique (qui varie à nouveau un petit peu, en laissant d’ailleurs de côte le « premiers pas dans la police ») au jeu d’acteur et des dialogues, pas de fausse note. Même pour la musique, il n’y a pas grand-chose à redire (si ce n’est que beaucoup de chansons anglosaxonnes, même si le La Nuit je Mens de Bashung est là pour sauver l’honneur… D’ailleurs, la série m’a fait redécouvrir cette chanson et elle restera sûrement comme un moment d’émotion dans mon histoire sériephile...). La saison se permet même un petit exercice de style sympathique avec l’épisode 4x07 24 heures presque Chrono (à nouveau un clin d’œil sériephile). Alors voilà, au revoir nos Bleus… Vous nous avez bien fait rires et procuré de l’émotion au long de tous ces épisodes… Et vous partez la tête haute ! Mais bon sang, qu’est-ce que vous allez nous manquer… :(

A lire aussi :
Les Bleus - Saison 1 ; Saison 2 ; Saison 3 (reviews)
Allez Les Bleus ; Un peu de Couleur pour sauver la case de M6 (humeurs)
Les Bleus – Le Générique ; Les Bleus Reportage (vidéos)
Mathieu Delarive Torse-nu (Sexy Boys)