La suppression de la pub sur le service public permettra-t-elle le retour d’une telle série un jour ? Normalement, ce serait fait pour…

US A LA MAISON BLANCHE (The West Wing) – Saison 5

la_maison_blanche_intgrale_saison_5Créée par : Aaron Sorkin

Avec : Martin Sheen (Bartlett) ; Allison Janney (CJ) ; Richard Schiff (Toby) ; John Spencer (Léo) ; Bradley Whitford (Josh) ; Janel Moloney (Dona) ; Dule Hill (Charlie) ; Joshua Malina (Will)...

Nombre d’épisodes : 22 (2003/2004)

Cote d’amour :  Note_03 

89435Résumé : Le Président des Etats-Unis laisse sa place durant un petit laps de temps suite à l’enlèvement de sa fille Zoey. Autant dire que cet événement majeur va bouleverser la vie de tout le monde et qu’il faudra regagner le cœur du peuple après tout ça. Et dieu sait que la cohabitation n’est pas si évidente non plus. Même au sein de l’équipe du Président certaines dissensions se font sentir, notamment entre Toby et Will qui décidera de partir vers un nouvel horizon, tandis que CJ est prise à parti par le présentateur d’un talk-show. Quant à Josh il est on ne peut plus heureux de se voir refourguer un stagiaire dans les pattes, d’autant plus que celui-ci n’est pas le fils de n’importe qui… Hélas pour lui. L’équipe arrivera-t-elle à se ressouder ?

89443Avis : France 4 était bien partie pour réparer l’erreur commise par la grande sœur, à savoir, servir une bonne diffusion à cette série d’Aaron Sorkin. Diffusée dans la case « millenniumesque » (dans la nuit vers 01h du matin en très gros), elle le fut en prime-time sur la toute nouvelle chaîne de la TNT. Avant de se voir recaler en seconde partie de soirée, puis de disparaître après la fin de la saison 4… Depuis lors, plus aucun signe… Et c’est bien dommage. Bien que son sujet puisse paraître rebutant, et même si l’on est parfois un peu paumé par tout ce qui est dit, A la Maison Blanche est un bon drama qui sait nous entraîner. Cette saison 5 est un peu particulière puisqu’il y a eu changement à la direction. Aaron Sorkin s’en est allé pour laisser place à John Wells (Urgences, New York 911). Une saison 5 qui n’a d’ailleurs pas forcément bonne réputation auprès des fans. J’avoue que vu que les saisons précédentes remontent à un certain temps maintenant pour ma part, je ne saurais dire si j’y ai vu une césure particulière. Peut-être. Ou peut-être que je me suis laissé influencé par le fait de savoir qui était John Wells. En effet, si j’ai apprécié la saison dans son ensemble, j’ai finalement trouvé, après visionnage complet, que le début manquait de quelque chose. En fait, c’est sans doute parce que j’ai eu cette sensation que tout d’un coup l’équipe de Bartlet n’était plus aussi soudée qu’auparavant. Les remises en causes sont nombreuses tout comme les griefs. Et du coup, il semble qu’il y ait comme quelque chose de cassé. C’est aussi dû aux événements du début de la saison qui bouleversent notre Potus (President Of The United States), mais sûrement aussi au traitement de cette intrigue lancée par Sorkin l’année dernière. Une fois passé ce cap un peu difficile, la pente remonte et le reste de la saison (en gros, on va dire la moitié) s’avère quand même plus convaincante.

89428Même si j’ai parfois eu l’impression d’avoir à faire a du Urgences plus qu’à du A la Maison Blanche. C’est surtout là que je me demande à quel point je suis influencé par le fait de savoir que c’est John Wells (et aussi le fait que je ne connaisse pas bien les saisons précédentes). Cela dit, ça donne lieu a de bons épisodes, mais on sort assez souvent du cadre de la Maison Blanche pour aller plus sur le terrain, en sortant peut-être plus du seul cadre décisionnaire auquel on assistait auparavant. Il y a aussi une sensation de flottement au niveau du personnage de Will. On dirait que John Wells et son équipe sont ben encombrés par celui qui remplace Sam Seaborn et le mettent à l’écart. C’est pas que j’appréciais son personnage plus que ça, mais la sensation finale est assez bizarre. Heureusement que ça va mieux du côté des autres personnages. Si certains sont toujours peu exploités, comme la secrétaire du Président ou le pauvre Charlie, d’autres sont bien exposés. C’est notamment le cas de CJ (sans doute mon préféré) qui a le droit à plusieurs bonnes scènes et des story-lines assez sympathiques, dont celle qui concerne le talk-show. Celle qui maîtrise d’une main de maître les conférences de presse n’hésite pas à donner son opinion, à se montrer à la fois marrante et vulnérable. Et comme d’habitude, la série oscille avec assez d’aisance entre l’humour (les bagles !) et le drame (avec cette sensation d’en faire parfois un peu beaucoup, comme dans Urgences… :D). Il se passe pas mal de choses, beaucoup de politique, mais c’est toujours intéressant de voir un peu comment se trament certaines décisions. On peut être assez surpris.

the_west_wing_cast_708368

Conclusion : Il aura fallu du temps avant que je puisse voir cette saison 5 (merci la très belle intégrale dvd de la série qui est un véritable petit bijou), mais pas déçu. Quand bien même ce n’est peut-être pas le meilleur de la série, elle n’en reste pas moins très agréable à suivre, surtout grâce à ces personnages auxquels on s’attache, et parce que la saison nous délivre de bons épisodes, surtout dans sa deuxième moitié. Il faut juste se faire au côté un peu particulier du début de la saison et aux changements de têtes. Puisqu’autant dans les coulisses de la série que dans la série elle-même, on assiste à une valse des rôles. A noter que cette saison est pas mal centrée sur la famille Bartlet (je crois que toutes les filles font une apparition) et qu’il y a de nombreuses têtes connues qui défilent : Terry O’Quinn (Lost), Annabeth Gish (X-Files), Jay Mohr (Ghost Whisperer), Matthew Perry (Friends, Studio 60) … Toujours très sympa…