A la Maison Blanche ? Vraiment ? Pas si sûr que ça pour cette avant-dernière saison dis donc !

US A LA MAISON BLANCHE (The West Wing) – Saison 6

imagesCréée par : Aaron Sorkin

Avec : Martin Sheen (Bartlet) ; Allison Janney (CJ) ; Richard Schiff (Toby) ; Bradley Whiteford (Josh Lyman) ; Janel Moloney (Donna) ; Joshua Malina (Will) ; Mary McCormack (Kate) ; Jimmy Smits (Santos)…

Nombre d’épisodes : 22 (2004/2005)

Cote d’amour : Note_03 

Résumé : Afin d’entériner le conflit au Moyen-Orient, un sommet est organisé par le Président Bartlet. De grosses négociations sont alors en cours tandis que Léo McGary semble de plus en plus fatigué, en conflit avec Bartlet et qu’il fait une crise cardiaque. Le Président doit alors lui désigner un successeur qui sera finalement CJ Cregg, la porte-parole du gouvernement, remplacée au pied levé par un Toby pas franchement à l’aise dans cette fonction mais qui pourra compter sur l’appuie de sa nouvelle assistante. Quant à Josh, il pense déjà au futur et aux prochaines élections. Il décide alors de quitter la Maison Blanche pour faire campagne en essayant de convaincre le député Matthew Santos de se présenter comme candidat à la Présidence, tandis que Will essaye de le débaucher pour qu’il fasse la campagne de Bob Russell. Charlie, quant à lui, termine ses études et se voit donc contraint de quitter le service du Président mais une bonne âme lui trouvera un boulot pas si loin que ça… Matthew Santos arrivera-t-il à être le choix des Démocrates pour les primaires ?

Avis : Si la saison 5 faisait office de transition, cette sixième fournée affirme John Wells et lui fait prendre une nouvelle direction. Si on parle toujours politique dans la série A la Maison Blanche, c’est surtout sous un nouveau prisme qui s’éloigne beaucoup du bureau ovale. Et c’est un choix auquel il faut se faire. On était tellement habitué à voir l’équipe de Bartlet déambuler dans les couloirs, entre légèreté et drames, enjeux internationaux et nationaux. Ici, l’équipe explose littéralement tout comme les lieux d’action. Donna vogue vers de nouvelles contrées et possède seulement quelques rares scènes avec Josh, on oublie aussi pas mal les conférences de presse avec la partie de ping-pong entre CJ et les journalistes, Toby ne semble plus très bien savoir où est sa place (même s’il reprend un peu de poil de la bête)… Il y a un petit côté nostalgique qui se dégage alors. C’est fou comme ça manque… C’est fou comme on a envie de revenir aux débuts du Président Bartlet… Parce qu’on sait qu’on est sur la fin de son deuxième mandat. Pourtant, il reste plus d’un an mais il faut croire alors que le gouvernement ne fait plus grand chose mis à part penser à la suite. Heureusement qu’on peut compter sur Léo pour tenter de donner un p’tit coup de fouet à tout ça. Bref, c’est effectivement une nouvelle facette que l’on découvre. Si on avait déjà eu un aperçu de ce qu’est la course à la Maison Blanche au travers de divers épisodes flash-back égrainés au fil de la série, on avait encore rien vu. Et c’est donc Josh qui s’en occupe. Josh, Santos, Russell, Vinick… On rentre véritablement dans les coulisses de la course aux primaires…

Et finalement, ce n’est pas si inintéressant que ça. C’est une autre perspective des enjeux politiques, c’est une autre façon d’aborder les sujets. Du coup, peut-être que ça donne un petit coup de frais à la série qui aurait pu trop se reposer sur ses lauriers. Les interrogations que suscitent la façon dont on mène une telle campagne viennent compléter le tableau. Attaquer les autres candidats en déterrant leurs cadavres ? Renoncer à ses principes pour s’assurer le vote des électeurs ? Polir son discours afin de plaire au plus grand nombre ? Autant de questions auxquelles devra faire face un Santos influencé par un Josh qui mène tant bien que mal sa bataille contre Russell… Donc oui, finalement, on arrive tout à fait à rentrer dans cette campagne des primaires. Mais… Oui, y’a un mais dans tout ça, bien évidemment, c’est à nouveau le côté nostalgique qui parle… Puisqu’en se concentrant sur les primaires, on oublie la Maison Blanche un épisode sur deux pendant une demi-saison (voire plus)… Alors, Santos est un personnage formidable, qu’on verrait bien en digne successeur de Bartlet (si tant est qu’il arrive à passer les primaires et battre un candidat Républicain plutôt convaincant)… Cela étant dit, Toby, CJ, les Bartlet, Kate… Tout ce petit monde manque durant ces épisodes où l’on se concentre sur Santos et sa bataille. Je ne suis pas sûr qu’un mélange des deux aurait été plus judicieux, mais bon… Je n’avais qu’une envie durant ces épisodes, c’est de voir le reste de l’équipe. Hors ça ne se limite qu’à un coup de fil de temps à autre (et encore). Du coup, les crises à la Maison Blanche sont peut-être un peu moins présentes (ou reliées à la campagne présidentielle) mais la série nous réserve tout de même quelques gros morceaux, notamment en ce qui concerne le personnage de Léo et une fin de saison qui laisse un personnage important dans une posture assez délicate…

arton10196

Conclusion : Le personnage de CJ gagne encore un peu plus de points avec sa nouvelle fonction, pas toujours évidente, et Josh nous entraîne dans les coulisses des primaires… Tout ceci nous donne un point de vue éclaté, intéressant mais qui rend nostalgique des premières années où tout le monde était réuni… Parce qu’ici, c’est un peu le contraire… La patte Sorkin semble aussi avoir disparu. Si on a toujours quelques épisodes plus légers, quelques dialogues marrants, dans l’ensemble ça donne quand même un résultat plus sérieux. Là encore, la nostalgie n’est pas loin. Et pourtant, on suit avec beaucoup de plaisir cette sixième saison malgré ces points. Une saison qui aime malmener ses personnages, les chefs du pays en premier lieu (et d’ailleurs, c’est peut-être aussi un peu ça qui donne un tout p’tit arrière goût à l’ensemble, Bartlet se montre bien affaibli et donc se montre moins) pour intensifier le drame (moins « Urgenstesque » que la saison précédente a priori). A noter la participation dans plusieurs épisodes de Kristin Chenoweth (Pushing Daisies) dans un rôle qui lui convient parfaitement, très drôle et sympathique… Maintenant, la dernière saison tiendra-t-elle ses promesses (présidentielles) et arrivera-t-elle à s’achever sur une bonne impression ?

A lire aussi :
A la Maison Blanche - Saison 5 (reviews)
A la Maison Blanche - 7x22 L'Avenir ; 3x01 Issac & Ismaël (review)
Marie-Laure Béneston ; En Direct Live ; 5 Personnages Féminins Marquants (humeurs)
Medley Séries L'Esprit de Noël (Vidéo-montage)
Prop 8 The Musical (Vidéo)
Rob Lowe (sexy boys)