Dernière ligne droite pour la série qui n’a toujours pas franchement retrouvé la Maison Blanche comme lieu de location de l’action… Mais est-ce qu’on termine au moins sur une bonne note ?

USA LA MAISON BLANCHE (The West Wing) – Saison 7

pack_smlCréée par : Aaron Sorkin

Avec : Martin Sheen (Bartlet) ; Allison Janney (CJ) ; John Spencer (Léo) ; Bradley Whiteford (Josh); Janel Moloney (Donna) ; Mary McCormack (Kate) ; Jimmy Smits (Santos)…

Nombre d’épisodes : 22 (2005/2006)

Cote d’amour : Note_04

Résumé : Alors que le Président des Etats-Unis devait prendre une décision importante concernant l’avenir de trois cosmonautes en danger de mort dans leur navette spéciale, une fuite concernant une navette militaire a lieu. Il s’agit d’un secret défense et autant dire qu’une enquête est rapidement commandée. Mais apparemment, la fuite vient directement de la Maison Blanche… Qui a bien pu faire une telle bévue ? Pendant ce temps-là, Matt Santos qui a remporté les Primaires doit donc mener campagne pour se faire élire Président contre le sénateur Vinick, le candidat des Républicains qui semble bien parti du point de vue des sondages. La bataille sera rude et Josh fait appelle à Léo McGary pour être le vice-président de Santos tandis que les troupes s’organisent… Arriveront-ils à renverser la vapeur des sondages ? Et qui sera le nouveau Président ?

Avis : La saison, la dernière saison, commence par une scène qui se passe dans quelques années, histoire de faire monter la pression sur l’identité du vainqueur de la bataille présidentielle qui va se dérouler tout au long de cette année charnière. Un procédé un peu simple mais qui fonctionne. Et hop, nous revoilà plongé dans la lutte qui va opposer Vinick et Santos. Et autant dire que la lutte sera âpre, dure et qu’il y aura nombre de retournements de situations avant qu’on en arrive aux résultats finaux. Un suspense assez bien organisé, qui va crescendo au fil des déboires de chacun, des petits moments d’inattentions qui peuvent coûter cher. Autant dire que jamais une campagne présidentielle n’aura autant retenu mon attention, c’est donc que ça marche terriblement bien. La série présente d’ailleurs ici, comme elle l’a toujours fait, sa vision de ce que devrait être la politique idéale. Avec des candidats qui pensent avant tout à leurs devoirs, au bien de leur peuple et qui veulent à tout prix éviter une campagne de dénigrement, et donc faire une campagne « propre ». Le tour de force de la série, c’est de nous faire aimer les deux candidats. Difficile d’avoir un choix très arrêté, même si Santos a beaucoup de bons points pour lui et qu’il ferait un excellent remplaçant à Jed Bartlet. Les coulisses de tout ce remue-ménage sont assez intéressantes à suivre, pour voir comment sont prises les décisions, quelles en sont les conséquences, comment mener ses troupes à la victoire, comment tout cela se gère… On retrouve ici des personnages auxquels on s’attache comme Rhona, Otto ou Bram, en plus de personnages connus qui intègrent l’équipe de Santos.

Et pendant ce temps-là, que fait la Maison Blanche me direz-vous ? Eh bien, elle ne fait quasiment rien, à mon grand dam. Parce que c’est tout le paradoxe, une nouvelle fois, de la saison, mais je l’aime beaucoup et en même temps, je ne peux m’empêcher de trouver ça dommage de profiter si peu de CJ et Bartlet, Kate ou Toby qui ne font que des apparitions. Il faut dire qu’a priori, ils sont vraiment en vacances tant ils semblent ne rien avoir à faire, mis à part gérer une crise ou deux durant la saison. Mais c’est bien peu. C’est un peu dommage. Et puis il y a ce début de saison qui réserve une surprise. Une mauvaise surprise malheureusement. Autant dire qu’on ne peut qu’être déçu par la tournure prise par un des personnages principaux dont l’évolution fait vraiment de la peine (tout comme à son interprète visiblement). Mis à part ça, la saison s’évertue à préparer la transition entre deux présidents et mène la série à son terme en préparant assez bien le terrain pour le dernier épisode. A l’occasion, la série se lâche alors un peu sur les amours. Ca a de quoi surprendre, parce que c’est la première fois que la série s’arrête de cette manière sur ce genre de chose mais ça prend plutôt bien (et ça devrait en ravir certains) et c’était le moment ou jamais. On a aussi un retour inattendu pour conclure la série… Et malheureusement, la perte d’un personnage suite au décès de son acteur, le regretté John Spencer. On a alors le droit à un épisode très émouvant. La saison en profite aussi pour faire un petit exercice de style en s’essayant à un épisode diffusé en direct (le 7x07 Le Grand Débat) qui s’inscrit très bien dans la continuité de la série.

a_la_maison_blanche_56

Conclusion : La dernière ligne droite est plutôt bien menée… Même si faut bien avouer que la menue partie réservé à la Maison Blanche elle-même (et donc à ceux qui y sont encore) a un petit côté frustrant. Mais la campagne se révèle assez addictive et pleine de surprises et les nouveaux personnages sont attachants (avec une mention particulière pour les sexy Bram et Otto… :P). Reste le petit « faux-pas » par rapport à la direction prise par un personnage mais bon. On repartira avec un excellent souvenir de ces sept années avec le Président Bartlet, son entourage et malgré quelques moments de faiblesse. Une saison qui aura parfaitement pu servir de bonne transition si la série avait dû continuer mais s’arrêter pile-poil à ce moment-là était aussi très bien. Juste à la fin d’une ère…

A lire aussi :
A la Maison Blanche - Saison 5 ; Saison 6 (reviews)
A la Maison Blanche - 7x22 L'Avenir ; 3x01 Issac & Ismaël (review)
Marie-Laure Béneston ; En Direct Live ; 5 Personnages Féminins Marquants (humeurs)
Medley Séries L'Esprit de Noël (Vidéo-montage)
Prop 8 The Musical (Vidéo)
Rob Lowe (sexy boys)