Chouette, c’est à nouveau la rentrée des classes ! Oui, j’adore quand y’en a plusieurs dans l’année, parce que ça veut dire que l’on retrouve nos petits pensionnaires… :D

Espagne EL INTERNADO LAGUNA NEGRA (L’Internat Lagune Noir) – Saison 4

elinternado4_frontalCréée par : Daniel Ecíja

Avec : Luis Merlo (Héctor) ; Yon González (Iván) ; Martín Rivas (Marcos) ; Marta Torné (María) ; Carlota García (Paula) ; Amparo Baró (Jacinta) ; Natalia Millán (Elsa)…

Nombre d’épisodes : 11 (2008)

Cote d’amour :  Note_03

5744Résumé : Martín et son fils Lucas sont de nouveaux arrivant à l’internat Laguna Negra, cachant déjà un secret, puisque fuyant la police. Martín est bien décidé à trouver certaines réponses à des questions qu’il se pose à propos de son passé tandis que Lucas est anxieux par rapport aux rêves qu’il peut faire puisqu’ils pourraient être prémonitoires. María se sent en danger quand le vrai père d’Iván refait son apparition et compte bien rester dans les parages alors même que Jacques Noiret tente de regagner la confiance de son fils adoptif pour de bien obscures raisons. Le mystère continue aussi de s’épaissir pour la bande qui découvre de nouveaux indices autour des souterrains et la disparition de la mère de Marcos récupérée par le supérieur de Firmín. Le rêve prémonitoire de Lucas se réalisera-t-il ?

5857Avis : C’est sans déplaisir aucun que j’enchaîne les saisons de la série espagnole inédite en France El Internado. Elle a ce côté fascinant et addictif dans la façon dont elle avance et dévoile ses secrets pour retenir au moment clés l’attention du téléspectateur qui pourrait pourtant éventuellement se retrouver un peu déclinante. Comme précédemment, cette cuatra temporada a été diffusée la même année que celle d’avant, à partir du 22 octobre 2008, sur la chaîne Antena 3. Et la série n’en fini plus de rajouter des épisodes ! :P Cela dit, comme on trouve finalement pas plus de sensation de remplissage que ça, tout est toujours ok. Pourtant, est-ce si évident que ça que de tenir ce rythme, de maintenir le mystère tout en dévoilant des clés ? On a déjà vu avec certaines séries que non. Et pourtant, je trouve qu’encore une fois El Intenado s’en sort toujours bien. Pour cela, elle joue bien évidemment encore une fois sur l’ajout de nouveaux personnages, mais ce ressort n’est pas aussi artificiel que ça aurait pu l’être, puisque les points finissent toujours par se relier et apportent de nouveaux éclairages ou en tout cas de nouveaux éléments pour comprendre ce qui se trame et peut-être, et surtout, ce qu’il s’est tramé, le passé ayant une place prépondérante quant aux événements qui se déroulent aujourd’hui et qui intéressent nos jeunes amis. Et à nouveau, la série sait relancer le tout de manière admirable, comme le prouve la stupéfiante révélation finale du dernier épisode de cette quatrième saison. Voilà qui a de quoi donner envie de se précipiter à voir la suite ! Ce qui n’était pas toujours le cas des épisodes de cette saison. Oui, faut bien le dire, si on prend toujours plaisir à suivre la série le phénomène de tassement de l’intérêt se fait peut-être parfois un peu sentir mais il reste léger. D’autant plus qu’elle ne ménage pas ses efforts pour ne pas paraître trop redondante même si elle n’évite parfois pas des situations un peu déjà vues (notamment pour les personnages en danger).

5869Cela étant dit, je crois qu’on peut souligner une nouvelle fois que la série réussit ce mélange improbable des genres avec une facilité relativement déconcertante. Parce qu’après Julia qui voit les fantômes (bonne intrigue de la saison précédente), nous avons le droit à Lucas, ce petit garçon qui fait des rêves prémonitoires (mais qui fait pipi au lit du coup !). Là encore, cet élément n’est pas anodin et permet d’avoir un fil rouge amenant à la conclusion du dernier épisode de la saison, avec cette grande interrogation, très courante dès qu’il y a ce genre de pouvoir mis en avant, qui est de savoir si on peut changer le destin. Bien évidemment, on joue à toucher la corde sensible avec le fait que c’est un jeune garçon qui est concerné et ça pourrait paraître trop, mais pas plus que ça. Et puis la série tire plusieurs ficelles à la fois et a le mérite de ne rien oublier en cours de route, que ce soit pour son côté sentimental (où il faudra tout de même faire avec les « je t’aime moi non plus » très courants qui pourraient finir par souper), son intrigue mythologique ou les différentes intrigues personnelles. Pourtant, il y a tellement de casier dans le tiroir qu’il n’est pas si évident que ça que de remplir suffisamment chacun mais les scénaristes y parviennent. Avec peut-être en plus le bon goût de rester familial tout en suggérant des choses qui font parfois froid dans le dos. Iván tient toujours le rôle du personnage le plus touchant de la série. Il faut dire qu’il a beau se comporter comme un beau salaud parfois, que ce soit avec le mignon petit Roque, avec María ou avec Julia, il a ce côté sensible qui transparaît… Ce qui est finalement loin d’être le cas de Marcos dont le charme n’est que façade et dont le comportement irrite beaucoup cette année (voir ses relations avec Carol).

15794_ivan-y-marcos-en-los-pasillos

Conclusion : Cette quatrième saison continue donc sur la bonne lancée vue précédemment. Les ingrédients restent inchangés mais le renouvellement des intrigues est assuré par des réponses, de nouvelles questions, le tout avec un bon rythme et le mélange d’histoires classiques soapesques à la mythologie de la série qui prend de l’épaisseur. Et en plus, chaque personnage est intéressant à suivre, même si sur la bande de jeunes, certains ont un peu plus de chance que d’autres avec de véritables intrigues (bref, comprendre que Marcos et Iván ont quand même le beau rôle, avec tout de même aussi une mention pour Julia qui apporte de nouveaux éléments). Il faut juste maintenant espérer que le phénomène de tassement ne s’intensifie pas plus que ça ! :D Rendez-vous à la prochaine rentrée ! :P

A lire aussi :
El Internado - Saison 1 ; Saison 2 ; Saison 3 (reviews)
Wallpaper El Internado ; Wall El Internado 2ème partie (créations graphiques)
Yon González y Martín Rivas (sexy boys)
Promocion ; Feliz Navidad (vidéos)