Ma femme me dit toujours… Enfin, en l’occurrence, ce serait plutôt mon homme… Voire même, mon lieutenant… Et il ne le dira plus.

COLUMBO – 1x00 Inculpé de Meurtre (Prescription : Murder)

Columbo-L-Integrale-Saison-1-Coffret-6-DVDScénario : Richard Levinson & William Link

Réalisation : Richard Irving

Avec : Peter Falk (Lieutenant Columbo) ; Gene Barry (Dr Ray Flemming) ; Katherine Justice (Joan Hudson) ; William Windom (Burt Gordon) ; Nina Foch (Carol Flemming) ; Virginia Cregg (Miss Petrie)…

Cote d’amour : Note_03

vlcsnap-2011-06-26-15h59m10s68Résumé : Le Dr Ray Flemming et sa compagne Carol fêtent leurs dix années de mariage. Mais le médecin reçoit un coup de fil qui lui fait quitter l’assistance. Il prétexte un rendez-vous avec un patient qui a besoin de lui mais sa femme ne le croit pas. A raison, puisque Ray s’en va rejoindre sa maîtresse (mais néanmoins patiente) Joan Hudson. Une dispute s’en suit quand il revient chez lui et le Dr Flemming est bien décidé à se débarrasser de cette épouse riche mais devenue encombrante. Il met alors en place un stratagème machiavélique impliquant la présence de Joan pour tuer sa femme et n’être inquiété de rien. Il pense bien avoir gagné la partie quand il revient de son voyage constituant son alibi et qu’il découvre un lieutenant en imperméable ne payant pas de mine pour mener son enquête… Mais si Columbo était bien plus redoutable qu’il ne le paraissait ?

vlcsnap-2011-06-26-15h59m40s108Avis : Columbo est mort deux fois. Après la disparition, le 13 février 2010, de Serge Sauvion qui prêta sa voix à Peter Falk et Columbo (entre autre), c’est l’interprète original du personnage qui vient de décéder à l’âge de 83 ans. Pour rendre hommage à celui qui fit les beaux jours de la première chaîne du PAF, TF1 diffusera d’ailleurs la toute dernière enquête du lieutenant ce soir à 20h45. Pour ma part, j’ai plutôt eu envie de replonger dans la toute première aventure, de l’homme à l’imperméable, qui créa la légende. Un mythe façonné ici avec une extrême dextérité par les deux scénaristes qui posent non seulement les bases du personnage qui traversera les années (de 1968 à 2003) mais qui en font aussi un socle solide dont je n’ai pas l’impression qu’il variera beaucoup. Pour tout dire, tout Columbo est déjà là (alors même que ce téléfilm ne porte pas encore la marque Columbo, étant simplement intitulé Prescription : Murder, en VO), du fameux cigare aux petites manies qu’il a de toujours poser une dernière question alors que sa proie pense qu’il en a fini avec lui, aux remarques que sa femme lui fait sans cesse et qu'il ne cesse de répéter. Et c’est à un duel au sommet auquel on assiste. Pour une fois, il ne s’agit pas de savoir qui a commis le crime, puisqu’on nous le déroule de manière très minutieuse au fil de la première demi-heure du téléfilm (qui dure un peu plus de 90 minutes), mais de savoir comment le policier va lever le voile et pouvoir prouver son intuition.

vlcsnap-2011-06-26-15h59m54s244Et pour cette première enquête, on peut dire que Richard Levinson et William Link ont su donner beaucoup de fil à retordre à Columbo en mettant en face de lui un psychiatre qui ne lâche rien et qui sait tout à fait défier le côté faussement idiot et maladroit du lieutenant. Ce qui donne lieu à de savoureux échanges. Il y a un petit temps d’adaptation pour que le Dr Ray cerne le personnage, mais une fois que cela est fait, le duel est savoureux. On se demande vraiment comment Columbo va pouvoir s’en dépatouiller, parce que son point fort c'est d'endormir la méfiance de celui sur qui il jette son dévolu et de l'amener à pousser à faire des erreurs. Sauf qu'ici, cette technique semble avoir du mal à entièrement fonctionner. Mais c’est sans compter sur toutes ses ressources. C’est une véritable marque de fabrique qui se créer et qui se savoure encore et encore au fil du temps. L’ambiance se pose avec calme, la confrontation se fait avec psychologie. A peine remarquera-t-on une mise en scène sans doute très théâtrale (mais on y reviendra) à l’image de la musique omniprésente mais le tout fait indéniablement partie du charme de l’ensemble… Et cette première aventure remonte tout de même à 43 ans… Ce qui n’est pas rien. Peter Falk arrive fort bien à donner ce côté naïf au personnage tout en révélant son côté intelligent avec conviction quand cela devient évident dans la confrontation. Pas si évident que ça… Et peut-être d’ailleurs pas si courant que ça dans la série par la suite.

vlcsnap-2011-06-26-16h00m11s176

Conclusion : Un premier épisode diablement réussit qui impose d’emblée le personnage de Columbo comme l’un de ses grands visages du genre policier qu’on retiendra à l’instar d’un Hercule Poirot, d’un Maigret, d’un Sherlock Holmes ou d’un Détective Conan. Encore plus avec cette technique de présenter le crime, ce qui reste relativement inédit. Columbo aura le droit à 69 épisodes pour résoudre des meurtres en tout genre. Et si sa première télé sous les traits de Peter Falk date de 1968, William Link avait déjà créé ce personnage auparavant (une apparition dans The Chevy Mystery Show en 1960, et une version théâtrale de cet épisode en 1962). Et comme pour Agatha Christie qui a le droit à son Hercule Poirot et sa Miss Marple, William Link et Richard Levinson laisseront aussi une trace d’un pendant féminin à Columbo avec Jessica Fletcher, l’héroïne de la série Arabesque. Adieu lieutenant…